Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

REPRO — Résultat en bref

Project ID: 6922
Financé au titre de: FP6-FOOD

Transformer des déchets à faible valeur en aliments nourrissants

Des chercheurs européens ont mis au point de nouveaux processus et traitements enzymatiques qui permettent de transformer les déchets organiques de l'industrie alimentaire en en-cas, aliments pour animaux et produits nutraceutiques.
Transformer des déchets à faible valeur en aliments nourrissants
La préparation des aliments laisse une grande quantité de déchets qui sont souvent complexes d'un point de vue biologique, dangereux pour l'environnement et instables au niveau microbiologique. Ces déchets peuvent donc être dangereux pour la santé et être difficiles à éliminer de manière efficace et sûre. Cependant, une grande partie de cette matière organique présente une valeur nutritive et peut, en théorie, être recyclée pour fabriquer d'autres produits alimentaires.

Le projet REPRO («Reducing food processing waste») financé par l'UE visait des méthodes pour neutraliser les risques associés aux déchets organiques et les transformer en aliments à forte valeur ajoutée et en nourriture pour animaux. REPRO visait aussi à mettre au point des enzymes pour démanteler puis reconstruire des produits stables et sûrs, et à s'assurer que les nouveaux processus seront acceptés d'emblée par les consommateurs, les vendeurs et les organismes de réglementation.

L'équipe du projet a notamment réussi à transformer des épluchures de légumes en produits phytochimiques et pectines (épaississants). Grâce à une meilleure connaissance des bienfaits pour la santé des éléments chimiques des végétaux, un mélange d'enzymes mis au point par REPRO peut transformer des épluchures de légumes en un suc riche en éléments phytochimiques.

Le programme d'exploitation de REPRO a réussi à intégrer des drêches de malt à des aliments pour poissons, conduisant à une demande de brevet. Sous réserve d'obtenir la conformité aux réglementations alimentaires, la possibilité d'utiliser les drêches de malt comme élément nutritif dans la fabrication d'en-cas permettrait aussi de réaliser des économies.

Pour l'avenir, la création d'enzymes plus résistantes et plus actives permettrait de ramener la facture énergétique à un niveau acceptable. Les déchets cellulosiques du bois pourraient, par exemple, être décomposés et servir à produire du bioalcool.

Grâce à un traitement adapté et à l'action d'enzymes, des sous-produits à faible valeur pourraient être convertis en produits alimentaires appétissants à forte valeur nutritive, en produits pharmaceutiques et en aliments pour animaux. Outre les avantages économiques évidents, cette méthode réduirait la mise en décharge, ce qui satisferait les demandes des consommateurs comme les réglementations.

Informations connexes