Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

BIOMERCURY — Résultat en bref

Project ID: 505561
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Allemagne

Davantage de pouvoir sur la toxicité du mercure

La toxicité du mercure se retrouve dans les fruits de mer, les animaux, les plantes et l'eau potable. La technologie enzymatique intelligente promet de renverser cette tendance menaçante et de débarrasser la planète de ce danger.
Davantage de pouvoir sur la toxicité du mercure
Le mercure, que l'on retrouve dans les amalgames dentaires, les ampoules électriques et les équipements de laboratoire notamment, est considéré comme toxique et nocif pour l'environnement. Il flotte dans l'air et pénètre dans le sol, polluant la chaîne alimentaire dont les humains dépendent.

En réponse, le projet Biomercury («Worldwide remediation of mercury hazards through biotechnology») financé par l'UE a étudié une nouvelle technologie économique et écologique basée sur les microbes pour éliminer le mercure des environnements pollués.

Le projet a été instauré pour évaluer cette nouvelle technologie présentant des processus biotechnologiques intelligents basés sur la transformation enzymatique. Cette solution hautement innovante utilise des bactéries résistantes au mercure pour purifier les eaux usées, les nappes souterraines, le sol, l'air, les côtes et les rivières, outre les mines d'or et de mercure.

Sur cette base, le projet a étudié l'efficacité à long terme de la première usine industrielle d'élimination du mercure qui utilise la technologie microbienne, laquelle est basée en République tchèque. Le projet a également étudié différents composants de l'approche tels que la sécurité, l'efficacité et la rentabilité par rapport aux méthodes précédentes.

Un composant très important du projet comprenait la diffusion de ces connaissances importantes à des pays et des régions du monde qui ont fortement besoin de traiter la contamination au mercure. Cela comprend notamment l'Afrique, l'Asie, l'Europe de l'Est et l'Europe du Sud, mais aussi l'Amérique du Sud. Le projet a également collaboré avec des agences aux États-Unis concernées par l'application de la nouvelle technologie.

L'exploitation des derniers progrès technologiques et scientifiques pourrait finalement aider à éliminer une partie importante de la pollution au mercure dans la chaîne alimentaire et dans l'atmosphère. Étant donné que l'élimination du mercure est devenue obligatoire, le rôle de l'Europe dans l'élimination de cette substance toxique est une initiative particulièrement appréciée.

Informations connexes