Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

FURAN-RA — Résultat en bref

Project ID: 44393
Financé au titre de: FP6-POLICIES
Pays: Allemagne

Réduire l'exposition à certains aliments traités par la chaleur

Les furanes sont des composés contenant du chlore et présents dans divers aliments préparés. Des chercheurs financés par l'UE étudient leur rôle dans la génération de tumeurs et soulignent la nécessité de réduire l'exposition à ces composés.
Réduire l'exposition à certains aliments traités par la chaleur
Les furanes font partie des sous-produits d'une large gamme de processus chimiques, de fabrication, de chauffage et de combustion.

Des tests sur des animaux ont montré que les furanes sont carcinogènes à forte dose, aussi ils sont sur la liste du rapport sur les carcinogènes du Department of Health and Human Services (DHHS) et ont été classés comme substance potentiellement cancérigène chez l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Par conséquent, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, un organisme de tests et de réglementations, s'est inquiétée de la présence de furanes dans certains aliments comme le café ou le poulet cuit, suite au traitement par la chaleur.

Les études ultérieures ont montré une présence bien plus fréquente qu'attendue, par exemple dans les aliments pour bébé et toutes sortes de produits en conserve, aliments pour grignoter et céréales.

Cependant, avant de traduire les résultats des expériences sur les rongeurs en risques pour l'homme, il faut bien comprendre la présence de furanes dans les aliments, l'exposition de l'homme à ces produits et l'induction de tumeur (carcinogenèse).

Des chercheurs européens ont lancé le projet FURAN-RA («Role of genetic and non-genetic mechanisms in furan risk») pour évaluer le rôle des facteurs génétiques ou non dans les risques posés par les furanes, via une association d'études in vitro et in vivo portant sur le cancer du foie chez les rongeurs.

Les études in vivo ont fait appel à l'administration orale de furanes et à des rongeurs génétiquement modifiés. Elles ont mis en lumière le mode d'action des furanes et ont permis d'évaluer l'influence de la dose sur les effets concernant l'ADN.

Les études in vivo ont été complétées par des expériences sur des cellules en culture afin de déterminer l'effet mutagène du furane et de l'un de ses métabolites. Parallèlement, les chercheurs ont évalué la quantité de furanes dans les aliments et l'exposition associée chez l'homme, dans le but de définir le seuil d'exposition en fonction des données de toxicité.

Le projet FURAN-RA a montré la fixation du furane sur l'ADN ainsi que sa génotoxicité, posant les bases pour comprendre son mode d'action dans la carcinogenèse du foie.

Autre point, le plus important, les résultats de FURAN-RA apportent une base scientifique pour justifier la limitation de l'exposition chez l'homme.

Informations connexes