Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

BIOTPHEX — Résultat en bref

Project ID: 508054
Financé au titre de: FP6-SME
Pays: Finlande

Plus de frottis de gorge pour le diagnostic d'infections respiratoires

Les infections respiratoires sont principalement provoquées par des virus mais souvent traitées à mauvais escient par des antibiotiques en l'absence de test microbiologique. Des chercheurs de l'UE ont développé des tests biologiques rapides pour faciliter la prescription de traitements efficaces et sûrs.
Plus de frottis de gorge pour le diagnostic d'infections respiratoires
Les tests microbiologiques demandent du temps et de l'argent, et les résultats ne sont obtenus qu'un jour ou plus après un frottis de gorge. Toutefois, l'utilisation d'antibiotiques sans test est peu recommandable pour un nombre de raisons et engendre des problèmes qui pourraient être évités grâce à des essais rapides et peu chers.

Premièrement, les infections provoquées par des virus et non des bactéries ne réagissent pas aux antibiotiques. Les pathogènes viraux responsables des maladies respiratoires sont nombreux, dont notamment les virus de l'influenza A et B, l'adénovirus et le virus respiratoire syncytial (VRS), tandis que les pathogènes bactériens sont principalement le streptocoque A et B.

De plus, l'administration inefficace mais prolongée d'antibiotiques peut engendrer une résistance de la part des souches de bactéries, rendant les futurs traitements de maladies problématiques. En fait, en conséquence de cela, les bactéries spécifiques réagissent à certains antibiotiques mais pas à d'autres. Dans tous les cas, la surconsommation d'antibiotiques peut endommager l'équilibre de la flore intestinale du patient.

Des chercheurs européens financés par le projet Biotphex («Multiplex bioassays using the two-photon excitation method») ont développé un test biologique rapide et réalisable sur place pour des pathogènes respiratoires. La technologie s'appuyait sur la microscopie par excitation à deux photons (M2P) développée pour l'imagerie in vivo tridimensionnelle (3D) de tissus et de cellules et l'utilisation de biomarqueurs fluorescents pour des pathogènes spécifiques.

La technique de détection par M2P promet l'élimination de prescriptions inutiles d'antibiotiques par la différenciation entre pathogènes bactériens et viraux et par la prescription effective de médicaments spécifiques aux pathogènes impliqués.

De plus, la technologie a mené au développement d'un test de sensibilité antibiotique rapide, facilitant la prescription des antibiotiques appropriés pour un pathogène bactérien donné. Le prototype a été testé avec succès et la spécificité a démontré dans les échantillons de staphylocoque doré et le streptocoque pyogenes à des concentrations élevées de constituants non bactériens.

La commercialisation des essais Biotphex rapides et peu chers devrait éliminer l'hésitation de la part des docteurs de mener des tests microbiologiques. Son utilisation répandue encouragerait également les patients de certains pays à ne pas recourir à l'automédication étant donné la facilité de prescription des médicaments spécifiques.

Les résultats de Biotphex auraient un impact important sur la santé des patients, les coûts de soins de santé et le développement de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Informations connexes