Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

NANOIMPRINT — Résultat en bref

Project ID: 516981
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Grèce

Identifier des quantités infimes de molécules

Des chercheurs financés par l'UE font reculer les frontières des technologies de séparation chimique. L'amélioration de la spécificité et de la sélectivité des méthodes d'identification de molécules biologiquement pertinentes devraient avoir un impact important, particulièrement dans le domaine de la biomédecine et des sciences de l'environnement.
Identifier des quantités infimes de molécules
Imaginez une pâte à modeler à l'intérieur de laquelle une forme inhabituelle et compliquée est moulée. Enlever la «clé» révèle la «serrure» correspondante imprimée par cette forme. Cette image correspond peu ou prou à l'idée de base qui sous-tend un nouveau processus extraordinaire que l'on appelle une empreinte moléculaire.

Un polymère est assemblé autour d'une molécule ou d'un fragment moléculaire générant ainsi un polymère à empreinte moléculaire (MIP, pour molecularly imprinted polymer). Le polymère obtenu, après retrait de la forme originale qui a servi à le créer, possède des cavités ou «empreintes» qui lui confèrent une spécificité et une sélectivité importante pour la molécule originale ou pour toute la famille de molécules apparentées.

Les MIP sont déjà beaucoup utilisés dans de nombreuses applications. La reconnaissance d'antibiotiques vétérinaires dans les échantillons alimentaires ou la séparation et l'analyse des composants d'un échantillon dans les laboratoires cliniques ne sont que quelques-unes d'entre elles.

En dépit de leur potentiel, l'optimisation des MIP peut s'avérer compliqué en raison des nombreux sites de liaisons possibles possédant chacun plus ou moins d'affinité pour différentes molécules. En outre, la création de MIP pour de grandes molécules comme les protéines s'est avérée relativement difficile.

C'est pourquoi des chercheurs européens, intéressés par de nouvelles voies de synthèse permettant une production de polymères à empreinte moléculaire plus efficace, ont mis sur pied le projet Nanoimprint («Nanoimprinting technologies for selective recognition and separation»).

Les chercheurs ont axé leurs travaux sur la synthèse de nanoparticules ou microparticules à empreinte moléculaire via trois techniques différentes et l'utilisation de peptides, les blocs fondamentaux des protéines, comme molécules clés. Ils ont utilisé différents peptides biologiquement importants comme modèles.

Les chercheurs ont également évalué le potentiel des hydrogels pour l'encapsulation des polymères et la production des revêtements polymériques sur matrice rigide, deux techniques qui pourraient se révéler très importantes en biomédecine.

Le projet Nanoimprint a ainsi largement fait progresser nos connaissances quant à l'optimisation des substrats polymères à empreinte moléculaire pour de grosses molécules comme les peptides et les protéines. L'extension des propriétés de reconnaissance sélective et de séparation des MIP à de plus grandes molécules dont le rôle biologique est d'importance pourrait avoir un impact énorme sur la biotechnologie, la biomédecine et les sciences de l'environnement.

Informations connexes