Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

DISSECT — Résultat en bref

Project ID: 511060
Financé au titre de: FP6-POLICIES
Pays: Espagne

Contrôler le syndrome respiratoire aigu grave

Une coopération sino-européenne recherche des vaccins pour les maladies à transmission aérienne ainsi que pour des méthodes de diagnostic précoce qui contribueront à contrôler l'une des maladies les plus craintes, si ou quand elle réapparaît.
Contrôler le syndrome respiratoire aigu grave
En 2003, le syndrome respiratoire aigu grave (SARS) a touché gravement l'Asie, plus particulièrement le personnel hospitalier, réduisant sa capacité à contenir l'épidémie. D'autres épidémies de SARS pourraient survenir n'importe où et à tout moment, il est donc important de mettre au point au plus tôt des vaccins, des thérapies antivirales et des tests de diagnostic. Tel était l'objectif du projet Dissect («Development of intervention strategies against SARS in a European-Chinese taskforce») financé par l'UE.

Ce projet pluridisciplinaire a étudié l'immunothérapie, la vaccination et les médicaments antiviraux pour combattre le SARS, ainsi que de nouvelles techniques pour réaliser des kits de diagnostic susceptibles de détecter la maladie à un stade précoce. Ces tests pourraient aussi différencier les personnes vaccinées de celles qui sont infectées.

Le projet Dissect a étudié des vaccins classiques à base de virus inactifs et de sous-éléments, ainsi que des vaccins recombinants ultra modernes, des antiviraux spécifiques et des anticorps monoclonaux. Les tests ont été faits en collaboration entre des laboratoires européens de pointe et des laboratoires chinois expérimentés et de hautes technologies.

L'expertise européenne dans la pathologie des coronavirus, la biologie moléculaire et l'immunologie, a complété les connaissances chinoises dans l'évolution du SARS, aboutissant à des résultats remarquablement positifs dans la lutte contre la maladie. Les équipes ont ainsi mis au point des vaccins à base de virus inactivés, divers antiviraux, des stratégies immunitaires originales, un vaccin à base de virus recombinant vivant atténué, et un système à micropuce pour diagnostiquer la maladie. Ainsi, les systèmes de santé seront mieux armés la prochaine fois que le virus du SARS passe à l'attaque.

Informations connexes