Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

EXGENESIS — Résultat en bref

Project ID: 5272
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH

Mécanismes moléculaires du sport

La vie sédentaire augmente significativement le risque de développer un diabète de type 2. Des chercheurs européens se sont intéressés aux mécanismes responsables des effets bénéfiques de l'exercice sportif sur notre métabolisme.
Mécanismes moléculaires du sport
Ces dernières années ont vu l'augmentation dramatique du nombre de cas de diabètes de type 2, d'obèses et de personnes souffrant du syndrome métabolique. Des mesures urgentes sont nécessaires avant que les coûts générés par cette épidémie ne deviennent rapidement insurmontables pour les systèmes de soins.

Même si des facteurs génétiques peuvent prédisposer certains individus à développer ces maladies, les déterminants environnementaux jouent également un rôle crucial. L'obésité et la résistance à l'insuline, deux précurseurs du diabète de type 2, surviennent souvent suite au déséquilibre entre apport et dépense énergétique. Il est maintenant reconnu que l'exercice régulier, combiné à un régime alimentaire équilibré, fournit une protection efficace contre le développement de ces maladies et constitue de ce fait la première option de traitement.

Le consortium Exgenesis financé par l'UE avait pour objectif une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires à l'origine des effets bénéfiques qu'offre la pratique du sport. Les partenaires du projet ont analysé les effets de l'alitement chez des hommes jeunes présentant un risque accru de diabète de type 2 en raison de facteurs génétiques ou environnementaux.

Leurs travaux montrent que le repos forcé entraînait une insulinorésistance qui ne pouvait être compensée chez les porteurs d'un variant du gène TCF7L2 prédisposant au diabète de type2. Des analyses d'expression génétique ont permis d'identifier des gènes impliqués dans la fonction mitochondriale et d'autres gènes pouvant être à l'origine du développement de la résistance à l'insuline.

De manière intéressante, la plupart des modifications de l'expression génétique étaient différentes entre les deux groupes à risque, génétique ou environnemental, fournissant ainsi une indication quant à la façon dont ces groupes peuvent réagir différemment au manque d'activité physique. Les chercheurs suggèrent en outre que des modifications épigénétiques (post-transcriptionnelles) dues à des facteurs environnementaux pouvaient influencer cette susceptibilité au diabète de type 2.

Les résultats du projet Exgenesis devraient conduire à l'identification de nouvelles cibles et de nouveaux traitements contre le diabète de type 2 et encourager de nouvelles politiques favorisant un mode de vie plus sain.

Informations connexes