Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

STRESSPROTECT — Résultat en bref

Project ID: 5310
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH
Pays: Allemagne

Excitotoxicité et mort des cellules nerveuses

L'excitotoxicité neuronale est impliquée dans les lésions de la moelle épinière, les pertes d'audition traumatiques et la maladie d'Alzheimer. Le projet Stressprotect a rassemblé toutes les données biochimiques, génomiques et physiologiques sur ce phénomène souvent dévastateur.
Excitotoxicité et mort des cellules nerveuses
Une stimulation excessive par les neurotransmetteurs de type glutamate engendre des lésions destructrices des cellules nerveuses. La suractivation des récepteurs du glutamate provoque alors une entrée massive d'ions calcium dans la cellule qui en retour active de nombreuses voies de destruction des structures cellulaires.

La portée exceptionnelle de l'excitotoxicité pour la dégénérescence neuronale confère à ce domaine une importance majeure. Dans le cadre du sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE, le projet Stressprotect s'est intéressé plus particulièrement à la voie de la c-Jun N-terminal kinase (JNK) pour développer de nouvelles méthodes permettant de prévenir les troubles neurologiques provoqués par l'excitotoxicité.

Les chercheurs du projet ont étudié l'action de D-JNKI1, un peptide susceptible d'inhiber la mort cellulaire déclenchée par la voie JNK. Une caractérisation complète de son interaction en tant que médicaments et de ses effets sur les tissus nerveux a ainsi été compilée par les chercheurs.

L'un des avantages majeurs de D-JNKI1 est son action sélective - il est absorbé par les neurones où son action est nécessaire. Mieux encore, en utilisant des modèles in vitro et in vivo d'excitotoxicité, les chercheurs ont pu montrer que D-JNKI1 offrait une neuroprotection curative et protective. Il permet de prévenir les lésions survenant lors de crises d'ischémie (perte d'approvisionnement sanguin), de convulsions, de ruptures axonales ainsi que les lésions occasionnées par la maladie d'Alzheimer ou par une surdité traumatique.

Plus important encore, lorsque D-JNKI1 est appliqué avec de l'oxygène pur hyperbare plusieurs heures après un épisode d'ischémie cérébrale, la zone de tissu nécrosée est réduite de près de 83%. Après un AVC, les scores neurologiques et comportementaux ont montré une amélioration durable après un accident vasculaire cérébral.

Le succès des chercheurs de Stressprotect se retrouve dans la publication de leurs résultats dans pas moins de cinq des plus importantes revues scientifiques. La Fédération des Associations Européennes pour la recherche en Neurosciences (FENS) a également présenté les données du projet en détaillant leur importance pour le traitement de la mort neuronale qui se trouve au centre de nombreuses maladies neurodégénératives.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences