Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

SYNLET — Résultat en bref

Project ID: 43312
Financé au titre de: FP6-POLICIES
Pays: Allemagne

Surmonter la résistance des cellules à la chimiothérapie

La bioinformatique utilise des modèles informatisés pour étudier des systèmes biologiques complexes. Des scientifiques financés par l'UE ont utilisé de telles techniques pour étudier comment les cellules résistent à la chimiothérapie.
Surmonter la résistance des cellules à la chimiothérapie
Le cancer est l'une des principales causes de décès dans le monde, et son impact devrait continuer d'augmenter. Malgré des progrès notables dans les traitements disponibles, la résistance à la chimiothérapie reste un problème majeur.

Le cancer se caractérise par la prolifération rapide de cellules par division cellulaire, conduisant à la formation de tumeurs. Et tout comme une bactérie responsable de l'otite peut devenir résistante aux antibiotiques, les tumeurs peuvent résister ou devenir résistantes aux agents thérapeutiques.

La résistance peut apparaître dès le premier traitement ou progressivement. Le plus grave c'est que souvent la tumeur devient résistante aux médicaments utilisés, mais aussi à de nouveaux agents thérapeutiques qui agissent différemment. D'une manière générale, les cellules acquièrent des mécanismes pour échapper à la létalité d'un médicament donné.

Dans le cadre du projet Synlet («Regulatory control networks of synthetic lethality») financé par l'UE, les chercheurs ont voulu caractériser les protéines cellulaires impliquées dans la résistance à la chimiothérapie. Ils ont utilisé des méthodes informatisées pour étudier les réseaux de régulation et le développement de propriétés afin de préserver la fiabilité. Ils ont appliqué les techniques et les principes généraux au cas des lignées de cellules cancéreuses résistantes à la chimiothérapie. La génomique informatisée a apporté des informations sur les protéines impliquées dans l'esquive du traitement médicamenteux.

Les chercheurs de Synlet ont testé les hypothèses sur des modèles d'inhibition de l'expression de gènes pertinents (et donc des protéines pour lesquelles ils codent).

Les résultats devraient ouvrir la voie à une resensibilisation génétique aux médicaments cytotoxiques des cellules résistantes à la chimio, avec un important impact sur le traitement du cancer et la qualité de vie des millions de cancéreux dans le monde.

Informations connexes