Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

CO-EXTRA — Résultat en bref

Project ID: 7158
Financé au titre de: FP6-FOOD
Pays: France

Traçabilité des aliments génétiquement modifiés dans l'Union européenne et dans le monde

Un consortium très conséquent de l'UE a rassemblé de nombreux intervenants afin de développer les outils capables de gérer la coexistence des aliments génétiquement modifiés et des aliments conventionnels sur le marché de l'Union européenne. La traçabilité qui en résultera devra restaurer la confiance du consommateur.
Traçabilité des aliments génétiquement modifiés dans l'Union européenne et dans le monde
Ce sont nos gènes qui font ce que nous sommes. Ils codent pour les protéines qui déterminent à peu près tout, de la couleur de nos yeux à la disposition pour le développement de certaines maladies.

Ces dernières années, la combinaison de plusieurs gènes provenant d'organismes différents afin d'améliorer ou d'induire certaines caractéristiques – les organismes génétiquement modifiés ou OGM - est devenue possible grâce à la biotechnologie et l'ingénierie génétique.

Hormis leur utilisation comme médicaments ou comme vaccins, ces organismes ont été beaucoup utilisés dans l'agriculture sous forme d'aliments génétiquement modifiés. Bien que les organismes génétiquement modifiés semblent permettre de vaincre quelques-uns des plus grands problèmes de l'humanité, leur utilisation présente aussi des risques encore mal connus.

Qu'ils aient été conçus pour induire une résistance aux insectes, une survie plus grande en cas de sècheresse ou une plus grande teneur en vitamines, les aliments GM n'ont pas rencontré un grand enthousiasme de la part des consommateurs européens.

De fait, l'Union européenne et ses consommateurs ont décrété une interdiction de facto des OGM et six États membres appliquent actuellement des clauses officielles de sauvegarde contre les variantes OGM.

La levée de l'embargo par l'UE rend maintenant nécessaire la mise en place d'outils, de méthodes et de directives claires pour faire face à l'arrivée imminente de grandes quantités d'OGM et instaurer la confiance des consommateurs dans l'étiquetage des denrées alimentaires.

Un large consortium de l'UE a donc mis en place le projet CO-EXTRA («GM and non-GM supply chains: their co-existence and traceability») pour développer un système d'aide à la décision (DSS, pour decision support system) concernant toute la chaîne alimentaire et logistique, non seulement au niveau de ses aspects techniques mais également sur les questions économiques et juridiques.

Les travaux du consortium comprenaient un volet axé sur les différentes méthodes de confinement biologique, les techniques de détection des OGM et le développement de nouvelles méthodes pour des OGM qui n'ont pas encore été approuvés ni même examinés.

Les chercheurs ont par ailleurs cherché à développer des outils pratiques de traçabilité et d'harmonisation qui puissent permettre une coexistence des OGM avec les aliments conventionnels. La coexistence des OGM et des aliments non OGM a ainsi été abordé pour la première fois dans le cadre du projet CO-EXTRA avec des outils pratiques de mise en œuvre.

Les partenaires du projet CO-EXTRA ont constaté que le scepticisme des citoyens de l'UE vis-à-vis des OGM restait important. Les cultures conventionnelles et OGM devront probablement être séparées par de grandes distances afin d'éviter toute contamination croisée. Par conséquent, les définitions juridiques et techniques de ces zones tampons restent à établir.

Informations connexes