Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

INTHEC — Résultat en bref

Project ID: 242173
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Royaume-Uni

Améliorer la santé génésique en Afrique subsaharienne

Un état de santé génésique (SG) en mauvais état est la principale cause de décès et contribue au renforcement de la pauvreté en Afrique subsaharienne. Un projet financé par l'UE a cherché à renforcer l'efficacité des programmes pour résoudre cette situation au Niger et en Tanzanie.
Améliorer la santé génésique en Afrique subsaharienne
Les programmes de SG actuels sont défectueux en raison de la faible intégration et des normes et pratiques culturelles différentes dans les secteurs de la santé et de l'enseignement, ainsi que dans la communauté en général. L'objectif du projet INTHEC (Health education and community integration: Evidence based strategies to increase equity, integration and effectiveness of reproductive health services for poor communities in sub Saharan Africa) était d'améliorer les services de SG dans ces deux pays en offrant aux décideurs politiques des informations factuelles sur l'accès.

Ainsi, les chercheurs ont mené des sondages en vue d'identifier les domaines prioritaires de faiblesse des services de santé génésique. Des données ont été analysées pour 6 955 individus provenant des régions de Maradi et de Tillabery au Niger et pour 6 524 personnes des régions de Mwanza et d'Iringa en Tanzanie. Environ la moitié des sujets étaient des femmes et la moitié avait entre 15 et 19 ans, le groupe d'âge le plus élevé pour les adolescents selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les autres groupes d'âge concernés par cette étude avaient entre 20 et 25 ans, 26 et 29 ans et 30 et 34 ans.

L'adoption des services de traitement associés aux maladies sexuellement transmissibles totalisait moins de 2 % dans chaque tranche d'âge. Et moins d'un tiers des femmes ayant déjà donné naissance au moins une fois avait bénéficié des services prénataux pendant leur grossesse la plus récente.

Les chercheurs ont également examiné les problèmes relatifs à l'égalité des sexes et aux stéréotypes. Par exemple, au Niger, une femme n'a pas le droit d'exprimer tout sentiment de sexualité ou de participer aux activités de SG sans l'approbation de son mari. L'utilisation des vidéos a facilité le débat concernant la disponibilité du service, notamment en offrant aux jeunes un forum leur permettant d'exprimer leurs besoins en termes de services et d'être entendus par les professionnels de la santé.

Parmi les autres interventions figurent une stratégie pour la SG ciblant les adolescents dans des centres de santé, un soutien de SG pour les enseignants, les tuteurs et les étudiants, ainsi qu'une orientation communautaire sur les soins de santé. Par exemple, le projet a mis en œuvre en Tanzanie un service d'assistance basé sur les messages écrits par téléphone portable des vendeurs de médicaments de la communauté de base aux infrastructures de santé officielles afin de renforcer l'adoption des services de SG par les adolescents. Les prochains travaux d'INTHEC se concentreront sur le renforcement des institutions locales reconnues pour mettre en place ces interventions communautaires.

Il est à espérer que ces mesures permettront d'améliorer les comportements collectifs sur les droits des jeunes. De plus, grâce à l'implication directe des ministères gouvernementaux responsables des politiques de SG pour adolescents au Niger et en Tanzanie, les efforts et les résultats d'INTHEC devraient être largement soutenus par les autorités de santé locales.

Informations connexes

Mots-clés

Santé génésique, Afrique subsaharienne, adolescents, éducation sexuelle, maladies sexuellement transmissibles