Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

MEDIA — Résultat en bref

Project ID: 261409
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Pays-Bas
Domaine: Santé

Les comorbidités métaboliques conduisent à une insuffisance cardiaque

Des chercheurs européens ont étudié l'association de causalité entre les comorbidités métaboliques et l'insuffisance cardiaque. Leurs résultats changent la perception existante sur l'insuffisance cardiaque.
Les comorbidités métaboliques conduisent à une insuffisance cardiaque
L'insuffisance cardiaque diastolique (ICD) constitue la forme la plus courante d'insuffisance cardiaque avec un taux de mortalité annuel alarmant de 10 %. Elle est causée par une diminution de la fonction du ventricule pendant la diastole et, contrairement à l'insuffisance cardiaque systolique, il n'y a pas de traitement pharmacologique disponible capable d'améliorer le pronostic ou les symptômes.

La prévalence croissante de l'ICD dans les pays développés est parallèle à celle de l'obésité et du diabète de type 2. Dès lors, les scientifiques du projet MEDIA (The metabolic road to diastolic heart failure), financé par l'UE, ont pris comme hypothèse que l'ICD pourrait provenir d'un métabolisme dérangé lié à l'obésité, au syndrome métabolique, à la résistance à l'insuline et au diabète sucré de type 2. La raison d'être est que l'inflammation systémique associée à ces conditions favorise le dépôt de collagène interstitiel et affecte l'interaction entre les cellules endothéliales microvasculaires du myocarde et les cardiomyocytes, conduisant à leur hypertrophie.

Une inflammation microvasculaire myocardique et une rigidité élevée des cardiomyocytes ont été observées dans le matériel de biopsie des patients ICD, validant l'hypothèse ci-dessus. Les chercheurs ont en outre démontré que l'ICD pouvait être induite dans des modèles animaux métaboliquement compromis. La rigidité des cardiomyocytes a été attribuée aux modifications des protéines du cytosquelette, aux dommages oxydatifs et aux effets épigénétiques. D'aberrants dépôts de collagène du myocarde ont également été observés à la suite de la signalisation dérégulée dans les fibroblastes du myocarde.

Le profilage moléculaire des tissus ICD a indiqué la présence d'ARNm ou miARN exprimés de manière différentielle impliqués dans le métabolisme et l'inflammation. En outre, les biomarqueurs inflammatoires, en particulier les molécules d'adhésion des cellules endothéliales, se sont révélés avoir une valeur prédictive élevée pour le développement de l'ICD chez les patients à risque métabolique et pour le pronostic des patients atteints d'ICD. D'un point de vue thérapeutique, les scientifiques de MEDIA ont ouvert la route à un traitement spécifique au phénotype des patients souffrant d'ICD.

Ensemble, les résultats de l'étude MEDIA fournissent une approche mécaniste sans précédent sur l'ICD, démontrant de manière concluante que cela constitue une manifestation de l'inflammation systémique induite par les comorbidités métaboliques coexistantes. Cette évolution a des profondes conséquences pour la gestion et le traitement futurs de l'ICD.

Informations connexes

Mots-clés

Comorbidités métaboliques, insuffisance cardiaque diastolique, MEDIA, inflammation, cellules endothéliales