Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

SILVER — Résultat en bref

Project ID: 260644
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: France

De nouvelles armes contre les rétrovirus émergents

Les fonds européens soutiennent le développement de thérapies innovantes contre les rétrovirus (virus à ARN) émergents trop souvent négligés, comme le virus Zika, le virus Ebola, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).
De nouvelles armes contre les rétrovirus émergents
De nombreux progrès ont été effectués dans la lutte contre probablement le virus à ARN le plus émergent du dernier siècle, le sida. Néanmoins, il n'existe aucun médicament ou vaccin pour les nombreuses maladies à ARN. Le renforcement de la mobilité humaine et des transports commerciaux, le changement climatique, l'urbanisation et l'augmentation de la densité démographique ont contribué à la création d'environnements où ces virus peuvent aisément se développer.

Le projet SILVER (Small-molecule inhibitor leads versus emerging and neglected RNA viruses) a effectué une initiative de recherche importante sur le dépistage d'inhibiteurs moléculaires. Les cibles étaient le groupe prioritaire des virus A et le groupe des virus relativement négligés et/ou émergents des virus B.

Caractérisée par l'organisation révolutionnaire de SILVER, l'émergence du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS CoV) en Arabie Saoudite a provoqué une réponse immédiate du comité de pilotage de SILVER. Par conséquent, le volet «Outbreak pipeline» du projet a été activé pour organiser une étude sur ce virus qui pourrait se révéler hautement pathogène. D'autres virus importants pendant la durée de SILVER étaient les virus Ebola et du chikungunya.

Le dépistage de cultures cellulaires de bibliothèques de composants et l'étude des enzymes virales représentaient une part importante de la filière. Les recherches se sont focalisées sur la transformation et l'optimisation des molécules actives initialement découvertes afin de générer des composés plus actifs contre un large spectre de virus à ARN. Des études de toxicité ont été effectuées et des modèles in vivo ont été développés.

Commençant avec plus de 700 000 analyses expérimentales de cellules, 700 composants intéressants ont été retenus, dont une vingtaine ont été testés pour une démonstration de faisabilité. Les chercheurs ont identifié et testé un inhibiteur à large spectre, T705. Plusieurs progrès ont été effectués sur deux séries d'inhibiteurs contre le virus de la dengue et une demande de brevet est imminente.

Contre le coronavirus SRMO, les chercheurs ont obtenu plusieurs molécules actives en faisant le screening d'une bibliothèque de composés approuvée par la FDA (pour Federal Drug Administration) et générée lors des travaux antérieurs sur le virus apparenté au SRMO, le virus du SRAS. Un accord de licence pour un inhibiteur d'entérovirus a été signé avec Novartis pour une analyse clinique et deux inhibiteurs supplémentaires sont considérés pour une licence. Sept brevets ont déjà été sécurisés et une vingtaine d'autres devraient suivre.

Près de 165 articles soumis à des comités de lecture ont été publiés et une diffusion plus importante a été accomplie via des conférences. Des rapports de projet et des recommandations ont été utilisées par de nombreuses agences de santé. La découverte d'inhibiteurs efficaces et sûrs devrait permettre par conséquent d'adoucir ces flambées épidémiques qui ont un coût économique et social majeur.

Informations connexes

Mots-clés

Nouveaux virus à ARN, coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, virus Zika, épidémie, dépistage, génération de composants actifs