Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

EVIMALAR — Résultat en bref

Project ID: 242095
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Royaume-Uni

Les chercheurs s'unissent pour combattre le paludisme

La recherche sur le paludisme a été renforcée par l'établissement d'un réseau de laboratoires et d'instituts de recherche de pointe sur le paludisme en Afrique, en Australie, en Europe et en Inde.
Les chercheurs s'unissent pour combattre le paludisme
Lae paludisme est causé par un parasite appelé plasmodium. La maladie, qui est transmise par les moustiques principalement dans les régions tropicales et subtropicales, tue presque un million de personnes chaque année.

De manière assez inquiétante, le paludisme se propage vers de nouvelles régions comme l'Asie centrale et l'Europe de l'Est et l'on rencontre de plus en plus de cas dans le monde. Cela est probablement dû au parasite plasmodium et au fait que le moustique porteur développe une résistance aux médicaments thérapeutiques et aux insecticides.

L'initiative EVIMALAR (Towards the establishment of a permanent European Virtual Institute dedicated to Malaria Research (EVIMalaR)), financée par l'UE, a réuni 54 membres de l'UE de groupes de recherche de pointe sur le paludisme de 36 instituts, des chercheurs d'institutions de pointe en Afrique et en Inde, et un réseau de chercheurs australiens sur le paludisme pour aider à combattre la maladie à l'échelle mondiale. L'objectif principal du consortium était de découvrir les interactions complexes entre le parasite et l'hôte qui contribuent à l'immunité et à la progression de la maladie.

EVIMALAR a établi quatre groupes de recherche, chacun avec ses activités de recherche propres. Les scientifiques ont étudié la biologie des moustiques et du plasmodium, la base génétique de l'immunité hôte et comment ces trois systèmes interagissent.

En établissant une école PhD, fournissant des installations informatiques de pointe et proposant des ateliers et des séminaires, EVIMALAR a formé la nouvelle génération de chercheurs sur le paludisme. Ces activités ont donné plus de 1 000 publications révisées par les pairs et générés les outils, les mécanismes et les cadres légaux pour les futurs réseaux mondiaux de recherche sur le paludisme.

Les bases de données et les technologies développées par l'institut virtuel EVIMALAR sont déjà utilisées par la communauté de recherche mondiale sur le paludisme. Les progrès, les ressources et la formation réalisés dans le cadre du projet permettront à EVIMALAR d'avoir un impact durable sur la recherche sur le paludisme et les stratégies thérapeutiques futures.

Informations connexes

Mots-clés

Paludisme, Plasmodium, moustiques, institut virtuel, immunité hôte