Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouveau kit diagnostic identifie des mutations problématiques

Le 5-fluorouracil est un médicament fréquemment utilisé en chimiothérapie pour soigner divers cancers, mais la diversité génétique des patients peut influencer comment ils répondent au traitement. Les scientifiques ont maintenant mis au point un kit diagnostic facile d'emploi qui permettra d'identifier ces variations génétiques clés à l'origine des problèmes de toxicité du 5-FU.
Un nouveau kit diagnostic identifie des mutations problématiques
L'agent thérapeutique 5-FU est utilisé en chimiothérapie depuis près de cinquante ans pour traiter divers cancers et plus particulièrement le cancer du sein ou le cancer colorectal. De petites variations du gène codant pour l'enzyme métabolisant cette molécule peuvent par contre jouer un rôle au niveau de sa toxicité et de son efficacité.

Le projet 5-FU PGX a donc été financé par l'UE afin d'identifier ces variations génétiques connues sous le nom de SNP (polymorphisme de nucléotide simple). L'équipe du projet a ainsi étudié plusieurs groupes de patients présentant soit de nombreux effets secondaires soit au contraire très peu d'effets secondaires ainsi que des volontaires sains.

Ils ont ensuite criblé les mutations du gène de la dihydropyrimidine déshydrogénase (DPYD), l'enzyme essentielle impliquée dans la métabolisation du 5-fluorouracile. Les chercheurs ont montré que l'une de ces mutations représentait jusqu'à 3% des mutations dépistées chez les patients. Ils ont également identifié une nouvelle mutation encore jamais décrite associée à la toxicité de la molécule.

Un nouveau kit diagnostic appelé 5-FU RISK a ensuite été développé afin de pouvoir dépister rapidement les mutations les plus fréquentes de la dihydropyrimidine déshydrogénase. Ce test repose sur des techniques courantes de laboratoire et constitue le premier kit diagnostic commercialisé pour l'identification des SNP. Après développement, le kit a été soigneusement testé et validé dans divers laboratoires et sous différentes contraintes.

Les variations génétiques de la DPYD peuvent provoquer une forte toxicité et une mauvaise efficacité de la chimiothérapie à base de 5-fluorouracile. Ce test diagnostic pionnier permettra sans nul doute de réduire ce risque et d'améliorer les chances de survie des patients atteints d'un cancer.

Informations connexes