Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Optimiser la chimiothérapie anticancéreuse

La formation de nouveaux vaisseaux sanguins, ou angiogenèse, est un processus important dans le développement des tumeurs et la métastase, qui permet au cancer de se propager dans d'autres parties du corps. Un projet européen a étudié le processus de l'angiogenèse afin de trouver des manières plus efficaces de traiter les différents types de cancer.
Optimiser la chimiothérapie anticancéreuse
Il existe deux mécanismes distincts qui peuvent se traduire par l'angiogenèse. L'un trouve son origine dans les cellules endothéliales dans la tumeur et l'autre implique un mouvement des cellules endothéliales dérivées de la moelle osseuse. L'angiogenèse facilite le développement du cancer, aussi le projet BMDCS IN CANCER, financé par l'UE, a-t-il évalué la contribution de différentes cellules dérivées de moelle osseuse (BMDC pour bone marrow-derived cells) dans la formation et la croissance des tumeurs.

Au vu des récents résultats des partenaires, les chercheurs ont aussi étudié le rôle des BMDC dans la métastase après des traitements médicamenteux cytotoxiques anticancéreux. La mobilisation des BMDC à partir de la moelle osseuse et de l'écotropisme des tumeurs sont tous deux des facteurs critiques dans la métastase cancéreuse. Ainsi, les partenaires ont cherché à identifier les facteurs clés et les cytokines qui favorisaient ces phénomènes.

Les scientifiques du projet ont identifié un certain nombre de types de cellules qui sont induites par le traitement cytotoxique. Par exemple, FOLFOX, une association de médicaments utilisés en chimiothérapie principalement pour le cancer du colon, induisait les cellules progénitrices endothéliales (EPC), qui sont des précurseurs aux cellules qui forment la paroi des vaisseaux sanguins. Les EPC sont des marqueurs potentiels pour l'angiogenèse tumorale. D'autre part, la chimiothérapie à base de gemcitabine et de cisplatine, utilisée dans les cas de cancers du sein et du colon, n'ont pas induit la mobilisation de ces cellules.

Les chercheurs ont aussi étudié les effets du facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF), utilisé comme stimulant pour la croissance des leucocytes pendant la chimiothérapie. On sait que le G-CSF induit la mobilisation de diverses BMDC. Ainsi, les scientifiques se sont penchés sur les médicaments qui bloquent la capacité de ces cellules à favoriser l'angiogenèse et le redéveloppement tumoral ultérieur. Les chercheurs ont constaté que le mozobil, un antagoniste du CXCR4, inhibe l'angiogenèse systémique, ce qui pourrait améliorer les résultats de la chimiothérapie.

Le coût d'une thérapie anti-angiogénique est relativement élevé par rapport aux bénéfices cliniques de survie, bien modestes. Le projet BMDCS IN CANCER a mis en place une plateforme de connaissances complète afin d'optimiser les résultats cliniques de la chimiothérapie à l'aide de médicaments anti-angiogéniques et pour renforcer la viabilité commerciale et clinique.

Informations connexes