Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux outils pour étudier la perception de la douleur

Un projet financé par l'UE a pu développer de nouveaux outils qui permettront aux chercheurs de mieux comprendre la réponse neurale impliquée dans la perception de la douleur humaine.
De nouveaux outils pour étudier la perception de la douleur
Les dernières recherches sur les réactions du cerveau humain face à la douleur ont montré que ce processus impliquait de nombreuses réponses complexes, interconnectées au niveau de différentes zones du cerveau. Pour mieux comprendre les mécanismes à l'origine de cette perception de la douleur (nociception), les chercheurs ont besoin d'emprunter de nouvelles stratégies capables de stimuler et de mesurer les signaux neuronaux du cerveau.

Le projet IDENTIFYING PAIN a donc développé un ensemble de nouvelles techniques permettant d'activer et d'analyser la nociception chez l'homme. Les partenaires du projet ont commencé par mettre en place plusieurs collaborations entre différentes universités de Belgique, du Canada, de Chine, de France et du Royaume-Uni afin de faire progresser les connaissances sur la douleur.

Ils ont axé leurs travaux sur de nouvelles approches permettant d'activer la nociception et de détecter l'activité cérébrale. Deux de ces approches ont été développées et validées. L'une consiste en une stimulation des cellules nerveuses sensibles à la température au moyen d'un laser à CO2 (dioxyde de carbone), l'autre une stimulation directe des terminaisons nerveuses libres au moyen d'implants.

Ces deux stratégies de stimulation ont été testées et validées en premier lieu par des méthodes conventionnelles de mesure de l'activité cérébrale comme l'électroencéphalographie (EEG). Les chercheurs ont également utilisé de nouvelles techniques comme la détection des potentiels évoqués stationnaires (SS-EP pour steady state evoked potential) et celle des oscillations dans la bande gamma de l'EEG (GBO, pour gamma band oscillation).

Les potentiels évoqués stationnaires ont été stimulés par les deux stratégies et les expériences ont montré que des zones spécifiques de l'activité cérébrale étaient connectées à chaque type de signal. La détection des oscillations dans la bande gamma de l'EEG ont montré pour la première fois que cette technique était susceptible de prévoir la perception subjective de la douleur. Les chercheurs ont également montré au cours de ce projet que le seuil de détection de la chaleur pouvait être déterminé en mesurant la réponse EEG.

Les partenaires du projet ont ainsi accompli de réelles percées méthodologiques dans le domaine de la détection de la douleur et son étude chez l'homme. De fait, les outils développés au cours de ce projet sont déjà utilisés dans plusieurs autres laboratoires.

Informations connexes