Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

PHARMACHILD — Résultat en bref

Project ID: 260353
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Pays-Bas

Contrôler l'arthrite juvénile sans effets secondaires graves

Pour aborder les questions concernant une nouvelle classe de médicaments anti-inflammatoires utilisés pour les enfants, une étude internationale a étudié leurs effets secondaires.
Contrôler l'arthrite juvénile sans effets secondaires graves
L'arthrite idiopathique juvénile (AIJ) est un groupe de troubles auto-immunitaires caractérisés par une inflammation chronique des articulations qui apparaît pour la première fois au cours de l'enfance et au début de l'adolescence. Le développement d'une nouvelle classe de médicaments pour empêcher sélectivement l'inflammation et les dégâts tissulaires a ouvert une nouvelle ère pour le traitement des maladies inflammatoires. Néanmoins, de récentes preuves indiquent que l'administration de ces immunomodulateurs, soit des agents biologiques, pourrait être associée à des effets secondaires graves souvent nocifs.

Un consortium multidisciplinaire a mené une étude internationale de grande envergure dans le but de permettre l'utilisation efficace de produits biologiques pour l'AIJ. Financé par l'UE, le projet PHARMACHILD (Long-term pharmacovigilance for adverse effects in childhood arthritis focussing on immune modulatory drugs) a évalué les effets secondaires des agents biologiques sur une grande cohorte internationale de patients atteints d'AIJ. Le projet a utilisé les données provenant d'organisations internationales et de registres nationaux afin d'identifier les facteurs de risque pour le développement d'effets secondaires aux agents biologiques.

PHARMACHILD a analysé et finalisé des données provenant de plus de 10 000 patients de plus d'une centaine de centres européens de rhumatologie pédiatrique participants. Plus de la moitié des patients ont été suivis pendant près de cinq ans. Aucun risque accru n'a été associé aux malignités dans la population de patients atteints d'AIJ, par rapport à la population d'enfants sains. Les scientifiques ont enregistré une incidence 6,3 fois plus élevée de la maladie inflammatoire chronique de l'intestin chez les personnes atteintes d'AIJ par rapport aux enfants sains. Néanmoins, près de 80 % patients n'ont pas connu de cas nocifs graves ou modérés pendant les 4,9 années de suivi.

Plus d'un millier d'échantillons (sang et liquide articulaire) ont été recueillis dans une banque de biomatériaux et analysés. Les chercheurs ont découvert que les concentrations sériques d'une protéine spécifique correspondent aux réactions aux agents biologiques et à l'activité de la maladie. PHARMACHILD a introduit une mesure supplémentaire innovante pour le suivi d'un traitement anti-inflammatoire de patients individuels atteints d'AIJ. Ce paramètre innovant a permis pour la première fois une adaptation individuelle du traitement immunosuppresseur de l'AIJ pour éviter un sur-traitement et réduire les effets secondaires à long terme. Les résultats de PHARMACHILD permettront une utilisation plus sûre des agents biologiques chez les enfants et les jeunes adultes.

Informations connexes

Mots-clés

Arthrite juvénile, arthrite idiopathique juvénile, maladies inflammatoires, biologique, pharmacovigilance