Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le rôle de l'immunoglobuline D dans l'auto-immunité

Le lupus érythémateux systémique (LES) est une maladie auto-immune associée avec des taux renforcés de l'immunoglobuline D (IgD). Comprendre le rapport entre les deux entraînera une amélioration des thérapies contre le LES.
Le rôle de l'immunoglobuline D dans l'auto-immunité
Les immunoglobulines, ou des anticorps, sont utilisées par le système immunitaire pour reconnaître et neutraliser les agents pathogènes comme les virus et les bactéries. Les scientifiques ont caractérisé au fil des années les cinq classes d'anticorps (IgA, IgD, IgC, IgE et IgM) sécrétées par les lymphocytes B et leur fonction dans la maladie et la santé. Néanmoins, malgré la continuation évolutionnaire des anticorps IgD, on ne sait toujours pas comment ces derniers fonctionnent.

Des preuves récentes ont démontré qu'IgD gère un système de surveillance ancestral à l'interface entre l'immunité et l'inflammation. Pour mettre en lumière la fonction des anticorps IgD, les chercheurs du projet ACIGDSLE (Regulation and function of IgD in systemic lupus erythematosus), financé par l'UE, ont étudié leur rôle dans l'auto-immunité et plus particulièrement dans le LES.

Ils ont commencé par caractériser la régulation de l'IgD par les lymphocytes B et ont découvert une connexion fonctionnelle avec une vitamine D (VD3). VD3 régule négativement l'induction d'IgD en interférant avec la classe IgM à IgD en les intervertissant au niveau de l'ADN. Cette découverte a été soutenue par l'observation que les patients souffrant de LES ont des taux d'anticorps IgD et une insuffisance de VD3.

Les données précliniques dans un modèle de souris ont montré que l'IgD renforce les réponses primaires de Th2 en interagissant avec des basophiles et peut-être d'autres cellules effectrices du système immunitaire inné. De plus, les chercheurs ont découvert que l'IgD interagit avec la protéine transmembranaire CD44, un processus qui est souvent perturbé dans les troubles auto-immunitaires.

Dans l'ensemble, les résultats de l'étude ACIGDSLE indiquent que les anticorps d'IgD sont très présents dans l'auto-immunité et pourraient exacerber le processus inflammatoire. L'association fonctionnelle avec VD3 suggère de nouvelles façons d'atténuer l'inflammation dans le LES.

Informations connexes

Mots-clés

Immunoglobuline D, auto-immunité, lupus érythémateux systémique, IgD, système immunitaire, vitamine D