Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les risques cancéreux de l'exposition aux rayonnements ionisants

Les réglementations actuelles des rayonnements ionisants fixent à 100 milliSievert (mSv) la dose efficace pour les travailleurs. Pour les actions planifiées, la dose efficace au niveau des populations doit être inférieure à 1 mSv. Cependant, on dispose de peu de connaissances sur les risques de cancer à cette faible dose.
Les risques cancéreux de l'exposition aux rayonnements ionisants
Le projet (EPIRADBIO), financé par l'UE, associera l'épidémiologie et la radiobiologie pour évaluer quantitativement les risques de cancer à de telles doses, afin d'optimiser les mesures de protection.

Les travaux comprendront la mesure de la longueur des télomères, des tests par puces à AND à hybridation génomique comparative (aCGH), et la modélisation 2D et 3D à partir de cellules humaines normales de l'épithélium des seins et des poumons. En outre, ils porteront sur l'analyse des prélèvements de sang et de tissus cancéreux de grandes cohortes épidémiologiques comme la cohorte franco-suédo-italienne du cancer de la thyroïde et la cohorte des travailleurs Mayak.

Les chercheurs d'EPIRADBIO ont jusqu'ici réglé le problème d'instabilité génomique à l'aide d'analyses par cytométrie de flux, cytogénétique et microscopie par fluorescence. Ils ont validé les données par la technique du transfert de Southern.

Les chercheurs ont extrait des AND, ARN et ARNmi à partir de tissus normaux et cancéreux des seins et des poumons. Ils conduisent actuellement un séquençage de nouvelle génération pour profiler l'expression des aCGH et ARNmi. Ils ont identifié trois signatures d'ARNmi avec une expression réduite dans des prélèvements de tissus de cancer de la thyroïde exposés aux rayonnements. Cependant, ils n'ont détecté aucune relation significative entre les cancers de la thyroïde induits par rayonnements et la régulation des ARNmi. Les chercheurs se sont ensuite intéressés à trouver des relations entre les modifications de l'AND méthylé et l'exposition aux rayonnements. Ils ont proposé un modèle pour l'analyse intégrée de l'expression des gènes des ARNmi et ARNm.

Les chercheurs ont exposé des cellules souches et des lignées cellulaires à différentes plages de doses de rayonnement, et obtenu les courbes dose-réponse. Ils ont étudié les mécanismes moléculaires impliqués dans la formation de cancers induite par les rayonnements, utilisant comme mesures la transition épithélio-mésenchymateuse (TEM) et des molécules d'ARN long télomérique à répétition non codant (TERRA). La TEM est le processus de transition de cellules épithéliales vers un phénotype mésenchymateux, après la perte de polarité. Les chercheurs ont également évalué l'induction des dommages à l'AND, la communication intracellulaire, la survie clonogésique et la progression du cycle cellulaire. Ils ont étudié les effets sur la TEM du traitement au TGFβ et de l'irradiation par particules alpha, à l'aide de marqueurs, de gels d'électrophorèse bidimensionnelle différentielle et de profils d'expression de protéines.

La collecte de données et la mise à jour des bases de données sont en cours pour estimer les risques des rayonnements pour les cancers du sein, du poumon, du tractus digestif et de la thyroïde, après dosimétrie et calculs Monte Carlo. Le projet s'efforcera de concevoir des modèles convenables de carcinogenèse à partir des données du projet GENRISK-T, des tests de rapport de probabilité et des calculs de risque pour la durée de vie, avec des modèles empiriques.

La réussite du projet EPIRADBIO permettra d'estimer les risques de cancer pour de faibles doses d'exposition, en tenant compte de facteurs individuels susceptibles d'être appliqués, comme des optimisations personnalisées d'utilisations des rayonnements ionisants en médecine.

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 91975 / Dernière mise à jour le: 2013-10-24
Domaine: Biologie, Médecine