Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les comportements durant la petite enfance affectent l'apparition ultérieure de la démence

Le vieillissement de la population mondiale s'accompagne d'une augmentation des cas de démence. Un projet financé par l'UE a travaillé dans ce domaine, déterminant des biomarqueurs pour la détection et la prévision précoces, ainsi que pour la surveillance lorsque la maladie est présente et que le traitement est nécessaire.
Les comportements durant la petite enfance affectent l'apparition ultérieure de la démence
Le TDP-34 (TAR-DNA-binding-protein-43) est un marqueur d'agrégation des protéines pour la démence, impliqué en 2006 dans la biologie de la maladie. On ignore cependant son importance au niveau de la population. Le projet STPRD («Significance of TDP-43 in the population in relation to dementia») a été lancé pour évaluer la signification du TDP-43 par rapport à la démence, dans un échantillon de la population âgée.

Le projet STPRD a utilisé la base de données EclipSE (European Clinicopathological Studies in Europe) ainsi que ses propres données neuropathologiques pour étudier les corrélations comportementales et biologiques d'un diagnostic de démence clinique à un âge avancé, ainsi que les facteurs qui affectent la progression de la maladie. Plusieurs revues scientifiques étudient les résultats du projet concernant l'importance de la pathologie TDP-43 sur la démence sénile, ainsi que la symptomatologie et la neuropathologie associées.

L'étude a souligné entre autres que si la démence ne se manifeste que tard dans la vie, son apparition et sa progression sont affectées par la santé et le comportement de l'individu tout au long de sa vie. Par exemple, les personnes ayant reçu davantage d'éducation dans leur jeune âge risquent moins la démence car elles sont plus à même de gérer consciemment leurs problèmes neuropathologique. Les travaux de STPRD ont également souligné que la neuropathologie de la démence sénile est plus complexe qu'on ne le pensait. Ces travaux ont également montré que certaines façons de dormir, comme les siestes et une somnolence excessive durant la journée, étaient un indice précurseur d'un déclin cognitif sur une dizaine d'années.

Les travaux du projet amélioreront la compréhension des bases pathologiques de la démence sénile et auront d'importantes conséquence pour le diagnostic, la gestion et les soins des syndromes associés. Ils contribueront également à réduire la charge socioéconomique associé à cet état.

Informations connexes