Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Assurer la robustesse des réseaux

La société moderne dépend grandement de ses réseaux de transport, de télécommunications et de logistique. Il existe une large gamme de méthodes d'optimisation de réseau, mais un projet soutenu par l'UE permet de les rendre plus robustes et auto-organisées.
Assurer la robustesse des réseaux
Les réseaux de transport et de communications sont essentiels et de plus en plus complexes, et sont des composants omniprésents des sociétés européennes modernes. C'est la raison pour laquelle ils doivent fonctionner de manière optimale, efficace et, surtout, être robustes, car leur complexité peut également les rendre vulnérables.

Au cours des dernières années, un grand nombre de méthodes d'optimisation de réseau sont apparues, au carrefour des mathématiques, de l'informatique, de l'économie et de l'ingénierie. Cependant, le domaine de l'optimisation de la robustesse est plus récent et moins développé.

De plus, les réseaux ne sont pas souvent sous le contrôle d'une autorité centrale permettant de les optimiser, mais plutôt sous celui d'acteurs «égoïstes», ce qui aboutit à des inefficacités. La mise en place d'un mécanisme de type marché peut aider à s'assurer que lorsque les différents acteurs cherchent à obtenir des bénéfices pour eux-mêmes, ils le font d'une manière qui participe à l'efficacité et à la fiabilité générale du système.

Avec le soutien financier de l'UE, le projet ROSES («Robust and self-organising networks») a entrepris de développer des réseaux robustes et auto-organisés dans le secteur des transports, de la logistique et des télécommunications.

Le projet a travaillé sur les moyens d'étendre la robustesse récupérable pour les applications avec récupération de programmation en nombre entiers et pour les applications sans contrôle centralisé, ainsi que de garantir la stabilité dans les réseaux de crédit. Le projet ROSES a également créé une nouvelle méthode permettant de trouver les échéanciers de rendez-vous optimaux dans un contexte robuste de récupération.

De plus, le projet ROSES a développé des méthodes qui prennent en compte les réseaux constitués d'entités financières et les engagements entre ces dernières. L'équipe de projet a également exploré une formulation de flux basée sur les chemins, plutôt que sur les arcs, ce qui a abouti à un modèle différent de robustesse pour les flux maximum.

Informations connexes