Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

HAIFREE — Résultat en bref

Project ID: 262482
Financé au titre de: FP7-SME
Pays: Espagne

Une technologie de filtration pour empêcher les infections nosocomiales

L'air des hôpitaux peut contenir des germes, entre autres dangers. Un nouveau système de filtration permet d'éliminer de manière rentable les infections et d'améliorer ainsi la sécurité en milieu hospitalier.
Une technologie de filtration pour empêcher les infections nosocomiales
Les hôpitaux, tout comme les maisons, peuvent être des endroits dangereux qui abritent les germes les plus résistants et les plus dangereux. Environ 10 % des patients hospitalisés en Europe contractent des infections nosocomiales. Ces infections, qui peuvent être difficiles voire impossibles à traiter, provoque environ 50 000 décès par an en Europe. En outre, ces infections augmentent la durée des hospitalisations, ce qui coûte environ 17 milliards d'euros par an aux systèmes de santé européens. Les mesures standards de traitement de l'air en milieu hospitalier sont coûteuses, ce qui limite leur utilisation aux zones critiques.

Le projet HAIFREE, financé par l'UE, travaille à l'élaboration d'un nouveau système de filtration qui peut piéger et éliminer les germes en suspension de manière rentable. Les chercheurs ont l'intention de mettre au point un système de filtration de l'air en milieu hospitalier que l'on oublie une fois installé. Pour cela, ils pensent associer diverses technologies germicides, y compris l'électroprécipitation, les surfaces antibactériennes et l'ozone pour éliminer les germes. Cela permettrait de supprimer 99,9 % des germes et 95 % des composés organiques volatils (COV). L'ozone permet d'éliminer la plupart des déchets, à l'exception du dioxyde de carbone et de l'eau, tout en évitant les problèmes de colmatage grâce à un entretien facile.

Réalisations scientifiques obtenues dans le cadre du projet HAIFREE pour la période considérée ont permis d'améliorer considérablement la compréhension des propriétés des agents pathogènes en suspension et la mise au point de nouvelles techniques de traitement. Les membres du projet sont également parvenus à identifier les variables techniques qui influent sur les performances et la sécurité des unités de filtration.

Au-delà de ses objectifs scientifiques, le projet vise à mettre au point et à valider un prototype du système. Ce prototype a été installé et testé dans un bloc opératoire de l'hôpital de San Pedro à Logroño, en Espagne, avec des résultats prometteurs. Il a été démontré que le prototype permettait de réduire l'exposition aux COV et la contamination pathogène sans produire de résidus dangereux ou de fuites d'ozone.

Les membres du projet ont diffusé des informations sur le projet à l'occasion de diverses conférences, d'ateliers et de salons professionnels. Cette action contribuera à identifier les partenaires potentiels des petites et moyennes entreprises (PME) afin de commercialiser progressivement la technologie.

La technologie de l'initiative HAIFREE conduira à une réduction des infections nosocomiales, ce qui permettra de réduire la durée des hospitalisations et de renforcer l'efficacité des traitements, avec des bénéfices importants en termes de santé. Il est également possible d'adapter la technologie à d'autres sites qui nécessitent une filtration de l'air, notamment les extracteurs des restaurants et des laboratoires, qui provoquent aussi des maladies respiratoires.

Informations connexes