Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des progrès dans l'étude de la biochimie d'une seule cellule

Les cellules disposent toutes des mêmes informations génétiques (le génome), mais elles les expriment différemment, conduisant à des caractéristiques (le phénotype) différentes. Pour éclaircir ces différences, il faut disposer d'une technologie et d'une résolution atteignant le niveau d'une seule cellule.
Des progrès dans l'étude de la biochimie d'une seule cellule
De récentes travaux ont conduit à des micropuces à ADN convenant à un spectromètre de masse capable d'analyses à un tel niveau. Les membres du projet DISC-MS soutenu par l'UE ont validé cette technique sur Saccharomyces cerevisiae, un modèle d'organisme unicellulaire eucaryote. La méthodologie analytique et les informations biologiques obtenues ont été validées en suivant la réaction de la cellule à des modifications génétiques ou de l'environnement.

L'étude pilote conduite par des membres de DISC-MS sur S. cerevisiae a révélé que les différences phénotypiques correspondent à divers niveaux de fructose-1,6-biphosphate (F16BP) dans la cellule. F16BP est un métabolite supposé avoir un effet protecteur en cas d'ischémie (par privation d'arrivée de sang).

Le projet a particulièrement bien réussi, conduisant à trois publications révisées par des pairs et à un projet de recherche indépendant pour l'un des membres. Les résultats sont disponibles sur le site Internet du projet et ont été présentés lors d'ateliers et de conférences d'importance majeure.

Ce système validé de micropuces à ADN pour spectromètre de masse peut désormais servir pour étudier la métabolomique de cellules isolées et d'autres organismes. Il permet pour la première fois d'évaluer les variations du métabolome cellulaire, afin de déterminer les attributs qui améliorent l'adaptabilité et la résistance. Cette technique permettra aussi de créer de meilleurs modèles biologiques pour évaluer, à partir de l'activité métabolique, les phénotypes résistant aux médicaments.

Cette technique de pointe positionnera l'UE en tête des biotechnologies, notamment en matière de métabolomique d'une seule cellule.

Informations connexes