Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Accélérer la certification d'un modèle de réacteur nucléaire amélioré

Les technologies d'énergie nucléaire de la prochaine génération doivent être durables, résister à la prolifération et être plus économiques et plus sûres. Des scientifiques valident actuellement l'un des six concepts de modèles afin de réaliser cet objectif.
Accélérer la certification d'un modèle de réacteur nucléaire amélioré
Trois des six modèles de réacteurs nucléaires de quatrième génération sont des réacteurs rapides et extrêmement bien placés pour répondre à ces objectifs, car ils peuvent utiliser des actinides mineurs comme combustible. Les actinides mineurs sont des actinides autres que l'uranium et le plutonium, les deux plus importants, et ils sont présents en abondance dans les déchets nucléaires. Ainsi, les réacteurs rapides peuvent non seulement produire leur propre carburant, mais également utiliser les actinides des déchets anciens ainsi que des déchets générés à l'avenir par d'autres réacteurs (thermiques). Cela permet de réduire considérablement le volume des déchets radioactifs dangereux.

Des scientifiques travaillant sur le projet GOFASTR («European gas cooled fast reactor»), financé par l'UE, se concentrent sur le réacteur rapide refroidi au gaz (RRG). Ils visent à répondre aux principaux défis posés par la viabilité du système de RRG. Les chercheurs ont fait d'énormes progrès concernant la validation du concept global du système et sont en passe d'achever le réacteur expérimental de démonstration ALLEGRO.

Les travaux sur le cœur du réacteur comprenaient des activités liées au transport des neutrons et à la mécanique de base. Les enquêteurs ont également étudié les systèmes primaires tels que les composants des limites de pression primaire, dont la défaillance pourrait altérer le refroidissement du combustible et même la perte du confinement du combustible utilisé. En outre, ils ont mis au point le concept de conversion de puissance et identifié les matériaux potentiels permettant de concevoir le combustible d'ALLEGRO à base de céramique.

La sécurité constitue un élément clé des recherches menées dans le cadre du projet et les scientifiques ont recours à des méthodes probabilistes pour évaluer la fiabilité et analyser les accidents graves. À ce jour, les études ont confirmé que les dispositions de sécurité en vigueur sont suffisantes dans la plupart des scénarios d'accidents et ont fourni des informations sur les modifications des modèles pour éliminer certains risques et répondre aux exigences actuelles en matière d'octroi d'autorisations.

Le projet GOFASTR valide le concept de modèle de RRG de quatrième génération au moyen d'expériences détaillées et de la modélisation des combustibles, du cœur du réacteur et des systèmes primaires, y compris une analyse complète de la sécurité. Le concept sera démontré dans le réacteur ALLEGRO, ce qui permettra de résoudre les problèmes opérationnels. L'obtention du feu vert permettra d'accélérer la livraison d'un système d'énergie nucléaire sans carbone qui sera durable, économique et sûr.

Informations connexes

Thèmes

Nuclear Fission