Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des profils précis d'émissions d'azote pour la Turquie

La télédétection a facilité une percée majeure dans le comblement des lacunes quant à nos connaissances des oxydes d'azote (NOx). Des scientifiques financés par l'UE ont combiné des mesures satellitaires avec des mesures au sol pour améliorer la modélisation de la qualité de l'air en Turquie.
Des profils précis d'émissions d'azote pour la Turquie
Le dioxyde d'azote (NO2) est une trace importante de gaz dans l'atmosphère de la Terre. Dans la stratosphère, il est impliqué dans la formation de réservoirs halogènes et agit comme un catalyseur dans la destruction de l'ozone. Dans la troposphère, le NOx avec les composés volatils sont des ingrédients clés de la formation d'ozone. Via leur rôle dans la formation de l'ozone, les NOx sont importants pour le rayonnement de la Terre.

Des scientifiques financés par l'UE ont lancé le projet IMNOXE (Improvement of NOx emissions through satellite NO2 retrievals and ground observations) pour améliorer les stocks d'émissions de NOx au-dessus de la Turquie. Le profil précis pour cette région qui n'avait pas encore été développée sera utile pour compléter le Programme européen de surveillance et d'évaluation (PESE).

Les scientifiques de IMNOXE ont combiné les informations sur les NOx troposphériques récoltées par l'Agence spatiale européenne (ASE), le satellite Aura et le satellite environnemental (ENVISAT). Le but était d'identifier les similitudes et les différences entre les jeux de données satellites et de démontrer leur applicabilité où le nombre de stations d'observation sur terre est limité.

Des éléments spécifiques, dont le transport sur route, le chauffage résidentiel et les centrales électriques, ont été sélectionnés pour tester la manière dont ils sont en corrélation avec les émissions de NOx. Les scientifiques ont conclu que la combinaison de données provenant de plusieurs satellites et de capteurs au sol fournissait un profil précis des émissions quotidiennes dans trois grandes villes turques. L'étape suivante consiste à incorporer les nouvelles sources de données dans le modèle sur la qualité de l'air.

Le projet IMNOXE a aidé les scientifiques à comprendre les points forts et les points faibles des données d'émissions de NOx satellite et a proposé des conseils sur comment améliorer leur qualité pour utilisation dans la recherche sur la pollution atmosphérique. D'autre part, des estimations d'émissions de NOx plus précises, conduiront à des stratégies plus efficaces pour réduire les émissions de polluants au sein de l'UE.

Informations connexes

Mots-clés

Azote, émissions, télédétection, NOx, qualité de l'air