Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

HILYSENS — Résultat en bref

Project ID: 262411
Financé au titre de: FP7-SME
Pays: Espagne

Un laboratoire sur puce pour diagnostiquer la maladie de Lyme

En Europe, la maladie de Lyme est la plus courante des infections transmises par des tiques, avec plus de 85000 nouveaux cas pas an. À défaut d'un diagnostic correct, le traitement est souvent retardé ou inadapté, conduisant à des symptômes douloureux et handicapants.
Un laboratoire sur puce pour diagnostiquer la maladie de Lyme
La maladie résulte de l'infection par la bactérie Borrelia burgdorferi. Si elle n'est pas soignée, elle peut entraîner des symptômes graves comme de l'arthrite, une infection du muscle cardiaque et la neuroborréliose (une inflammation du système nerveux central).

Le projet HILYSENS («Highly sensitive and specific low-cost lab-on-a-chip system for Lyme disease diagnosis») soutenu par l'UE a été lancé pour s'attaquer aux difficultés de diagnostic. Il visait un appareil portable, fiable et commode pour détecter plusieurs antigènes spécifiques de Borrelia, grâce à un laboratoire sur puce (LOC) microfluidique. L'appareil devait assurer une détection précise et fiable des anticorps de Borrelia dans du sérum humain, afin de diagnostiquer très tôt la maladie et de suivre son traitement.

Les membres du projet HILYSENS ont remarquablement bien progressé vers leurs objectifs. Ils ont fabriqué des prototypes de LOC à grande échelle à l'aide d'embossage par ultraviolets à partir d'un moule en nickel. À l'intérieur du LOC, les forces capillaires assurent le transport d'un échantillon et des réactifs vers la chambre de détection. Afin d'optimiser le système de détection, les chercheurs ont produit plusieurs antigènes spécifiques des infections par Borrelia, et les ont testés sur des échantillons provenant de personnes infectées.

16 de ces antigènes ont été sélectionnés pour détecter différentes étapes de l'infection par Borrelia, et les résultats ont été validés via 6 tests ELISA sur des échantillons de sérum humain. Ces antigènes ont été immobilités sur la surface de la puce, et les chercheurs ont réalisé un lecteur par fluorescence pour assurer la détection à l'aide de points quantiques recouverts d'anticorps du sérum humain.

Afin d'effectuer la corrélation avec les résultats des diagnostics cliniques, le prototype de LOC a été testé avec 50 prélèvements de patients atteints. Des développements sont en cours après la fin du projet pour améliorer les fonctionnalités et optimiser la sensibilité, la spécificité et la fiabilité de la détection de la maladie de Lyme. Un accord d'exploitation passé entre les PME participant au projet a assuré le transfert des connaissances.

Les résultats du projet ont été diffusés sur son site web , par des affiches, des dépliants, des diapositives et un résumé général, à l'intention des scientifiques, du grand public et des entreprises.

Le coût socioéconomique annuel de la maladie de Lyme atteint environ 660 millions d'euros. Le fait de la détecter très tôt et avec exactitude, chez l'enfant comme chez l'adulte, réduira considérablement le coûts des soins associés ainsi que la qualité de vie des patients. Ces laboratoires sur puce deviendront l'outil standard de diagnostic de la maladie, renforçant la compétitivité de l'UE sur le marché mondial des biodétecteurs médicaux. En outre, ils pourront être adaptés pour détecter d'autres maladies et bactéries.

Informations connexes