Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une nouvelle molécule pour lutter contre les virus

La découverte des mécanismes responsables de la pathogenèse virale pourrait conduire à de nouveaux médicaments. À cette fin, des scientifiques européens ont étudié l'importance de la protéine DDX3X dans les réactions immunitaires aux virus.
Une nouvelle molécule pour lutter contre les virus
L'apparition de nouvelles épidémies comme celles du VIH, du syndrome respiratoire aigu grave (SARS), de la grippe aviaire et de la grippe porcine impose de comprendre les bases de l'infection par un virus et de la réponse immunitaire. Dans leurs formes les plus graves, les infections par les virus de la grippe ou du SARS peuvent conduire au syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA), une conséquence fatale des lésions pulmonaires aiguës.

C'est dans ce contexte que le projet DDX3X FUNCTION («Elucidation of the function of DDX3X in innate immunity»), financé par l'UE, s'est intéressé au rôle de la DDX3X, une ARN hélicase. Les chercheurs ont étudié comment elle régule l'expression des interférons de type I (IFN-I), des acteurs majeurs de l'immunité innée. La sécrétion d'IFN-I suit la stimulation de divers récepteurs de motifs moléculaires (pattern recognition receptors, PRR), qui constituent la première ligne de défense immunitaire.

Pour évaluer l'importance de la DDX3X, les scientifiques ont généré des souris déficientes en cette molécule et ont soumis divers types de cellules à des stimuli PRR. Leur hypothèse était que si la DDX3X était essentielle à la réponse immunitaire, ces souris devraient être plus susceptibles aux infections virales. Elles devaient aussi secréter moins d'IFN-I.

L'hypothèse s'est révélée fondée, et la DDX3X est bien impliquée dans la voie de détection de l'ADN du cytosol et dans la réponse de l'interféron, suite à une infection par le virus de la stomatite vésiculeuse (VSV). Les résultats des infections expérimentales des animaux devaient déterminer si ces observations pouvaient être dupliquées in vivo. De récents rapports ont dévoilé que le PRR TLR4 est un locus de susceptibilité pour le développement de lésions pulmonaires aiguës.

Le projet DDX3X FUNCTION pourrait confirmer l'implication de la DDX3X dans la pathophysiologie des lésions pulmonaires aiguës et conduire à de nouvelles cibles thérapeutiques.

Informations connexes