Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De jeunes chercheurs formés aux nanotechnologies

Une collaboration paneuropéenne entre les universités et les entreprises veut améliorer la santé mondiale en formant la nouvelle génération de scientifiques au développement de nouveaux outils de diagnostic clinique.
De jeunes chercheurs formés aux nanotechnologies
De nombreux laboratoires cliniques commencent à faire leurs tests de diagnostics à l'aide de dispositifs miniaturisés et de matériaux dont l'échelle atteint celle du nanomètre (le milliardième de mètre). Il s'agit par exemple de nanoparticules magnétiques capables de détecter ou de piéger des protéines, de l'ADN ou des pathogènes présents dans des prélèvements biologiques.

Ces techniques exigent d'intégrer plusieurs disciplines scientifiques, aussi leurs avantages sont limités par le nombre de chercheurs expérimentés dans toutes ces disciplines. Le projet BIOMAX (Novel diagnostic bio-assays based on magnetic particles), financé par l'UE, a formé de jeunes chercheurs à la conduite d'expériences de diagnostic via des équipements et des dispositifs nanométriques.

Le projet BIOMAX a mis en place un réseau paneuropéen de groupes de recherche, appuyé sur six universités et quatre entreprises partenaires, afin de mettre au point des tests de diagnostic rapide utilisant des nanoparticules magnétiques. Ces biotests peuvent viser une grande variété d'usages, allant du diagnostic de maladies génétiques jusqu'à la détection de virus dans des prélèvements de sang ou de tissus.

Les jeunes chercheurs ont été formés via des programmes de doctorat dans les universités locales, et à l'échelle du réseau via des universités d'été, des ateliers, des conférences et des échanges. Grâce à BIOMAX, 13 chercheurs associés, 11 jeunes chercheurs et les laboratoires hôtes ont enregistré des résultats révolutionnaires en utilisant des systèmes de diagnostic basés sur des particules magnétiques.

La mise en réseau et les détachements entre les groupes de recherche a aussi conduit à d'autres collaborations lors de projets financés par l'UE dans le domaine des diagnostics. Avec ses activités, BIOMAX a donc formé la nouvelle génération de chercheurs en université et en entreprise, dans le nouveau domaine des nanobiotechnologies.

Informations connexes

Mots-clés

Jeunes chercheurs, nanotechnologies, outils de diagnostic, nanoparticules magnétiques, biotests