Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

ENDURE — Résultat en bref

Project ID: 232151
Financé au titre de: FP7-SME

Des prothèses de hanches plus sûres et plus résistantes

L'augmentation de la durée de vie des prothèses de hanche entraîne parfois la libération de composés toxiques dans l'organisme. Des chercheurs financés par l'UE ont développé une nouvelle céramique prosthétique sur polymère qui permettra d'obtenir des implants de qualité supérieure.
Des prothèses de hanches plus sûres et plus résistantes
Une proportion trop importante des prothèses implantées lors d'un remplacement total de hanche (RTH) n'est plus fonctionnelle seize à vingt ans après l'opération. Une consultation orthopédique peut recommander une procédure appelée resurfaçage de hanche plutôt qu'un remplacement total de hanche pour les patients les plus actifs dont les os sont de bonne qualité, cette technique permet une plus grande conservation de l'os naturel dans et autour de l'articulation et une plus grande durabilité. Elle implique le remplacement de la partie endommagée ou malade de l'articulation sphéroïde de la hanche par une coiffe métallique hautement polie, cette technique est connue sous le nom de resurfaçage de hanche métal-métal (MOM, pour metal on metal). De nombreux rapport indiquent cependant des taux sanguins et sériques élevés de cobalt et de chrome chez les patients porteurs de ces prothèses, ce qui pose des questions quant à leurs effets à long terme.

Des chercheurs financés par l'UE ont décidé de développer de meilleures prothèses de hanche en utilisant une céramique de haute performance possédant une forte résistance à la compression et à l'usure et inerte chimiquement. Le projet ENDURE («Enhanced durability resurfacing endoprosthesis») s'est donné pour objectif ambitieux de créer des prothèses dont la durée de vie dépassera trente ans.

Pour obtenir cette prothèse de resurfaçage de hanche céramique sur polymère, les chercheurs ont axé leurs travaux sur des composites biocéramiques à matrice alumine et sur les polymères étheréthercétone (PEEK, pour poly-éther-éther-kétone) renforcés par fibres de carbone. Ils ont ainsi développé de nouvelles méthodes peu coûteuses de transformation des polymères et tenté de nombreux essais théoriques et expérimentaux avant d'obtenir le matériau désiré. Le système et son implantation ont été validés avec succès sur des cadavres par des chirurgiens spécialisés.

La publication de ces résultats préliminaires sur le site web du projet a entraîné une vague de demandes de renseignements et d'intérêt, donnant l'impulsion nécessaire à l'accélération du processus d'essais cliniques. La commercialisation de ces implants est d'une grande importance pour l'économie de l'UE et pour la compétitivité des petites et moyennes entreprises travaillant dans ce domaine. La diminution des interventions chirurgicales secondaires sera également source d'économies importantes pour les systèmes de santé et améliorera sans aucun doute la qualité de vie des nombreux patients de tout âge qui ont besoin d'une arthroplastie de hanche.

Informations connexes