Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

NANOSCRATCH — Résultat en bref

Project ID: 232100
Financé au titre de: FP7-SME

Des molécules spéciales pour des revêtements qui lient le plastique

De nouveaux matériaux de revêtement et processus d'application permettent de limiter de manière significative les rayures sur certains polymères courants, ce qui ouvre la voie vers des marchés auparavant inaccessibles.
Des molécules spéciales pour des revêtements qui lient le plastique
Même si le plastique est un matériau constitutif de nombreux appareils, sa résistance limitée aux rayures par rapport aux métaux et au verre empêche son utilisation dans un certain nombre d'applications prometteuses dans l'industrie automobile, le bâtiment ou l'ameublement. Surmonter cet obstacle pourrait présenter des avantages significatifs en termes de poids et de coût pour une large gamme de produits. Diverses technologies ont été développées pour répondre au défi, mais aucune n'a permis de résoudre correctement le problème.

De nouveaux revêtements basés sur des molécules auto-assemblées (SAM) qui adhèrent bien à des polymères non réactifs sans altérer leur apparence pourraient bientôt apporter une solution. Les chercheurs qui travaillent sur le projet NANOSCRATCH , financé par l'UE, ont utilisé une étape d'oxydation avant le dépôt de revêtement pour activer la surface polymère. La fonctionnalisation chimique à l'aide de SAM a facilité la liaison chimique entre la surface plastique et les nanoparticules dispersées dans l'eau qui ont été co-déposées avec les SAM. La technologie a été optimisée pour un certain nombre de différents polymères don’t l'utilisation est répandue. L'équipe a étudié divers protocoles et agents d'oxydation, ainsi que différentes SAM avec des combinaisons de réactifs et solvants, ainsi que différentes conditions d'application et de séchage.

Le projet NANOSCRATCH a réussi à démontrer une augmentation significative de la résistance aux rayures dans des polymères utilisés communément, ainsi qu'une importante réduction des coûts à l'échelle industrielle. Avec des procédés de dépôt écologiques et un guide des bonnes pratiques, les chercheurs ont ouvert la voie à de nouveaux marchés pour l'utilisation de plastiques courants dans le secteur de l'automobile et de l'électronique, ainsi que dans d'autres secteurs.

Informations connexes