Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une perturbation au niveau de l'homéostasie lipidique responsable de l'obésité

La prévalence croissante de l'obésité dans les pays industrialisés a incité à mener de nombreux travaux de recherche en vue de comprendre l'étiologie de la maladie et de développer des interventions thérapeutiques. Des chercheurs européens ont découvert que le système de transport des lipoprotéines est un modulateur essentiel des processus associés à l'obésité, au diabète et au syndrome métabolique.
Une perturbation au niveau de l'homéostasie lipidique responsable de l'obésité
L'organisme transporte les lipides provenant de l'alimentation des intestins aux autres tissus du corps sous la forme de particules lipoprotéiques appelées chylomicrons. Les apolipoprotéines sont des éléments essentiels aux chylomicrons, des structures qui jouent un rôle important dans l'homéostasie lipidique.

Des scientifiques du projet METABOLICSYNDROME («Role of the chylomicron and HDL pathways in the development of obesity and insulin resistance»), financé par l'UE, ont travaillé sur l'hypothèse selon laquelle les composants du système d'administration des lipoprotéines peuvent promouvoir l'obésité et la résistance à l'insuline alors qu'en revanche, les composants qui encouragent le transport inverse des lipides peuvent prévenir le développement de ces conditions. Dans ce contexte, les chercheurs ont décidé d'étudier le rôle des voies de chylomicrons et des lipoprotéines de haute densité (HDL) dans le développement de l'obésité et la résistance d'insuline.

À cette fin, l'impact des apolipoprotéines ou l'expression d'enzyme modifiant les lipoprotéines sur l'obésité a été examiné dans les animaux knock-out ou transgéniques. L'apolipoprotéine E (apoE) et le récepteur de lipoprotéine de faible densité (LDLr) sont deux protéines importantes responsables de la clairance des chylomicrons dans le plasma et le métabolisme adéquat des lipides alimentaires dans la circulation. Les souris dépourvues d'apoE se sont révélées résistantes à l'obésité induite par l'alimentation, l'hyperglycémie et la résistance à l'insuline, indiquant ainsi un rôle pour cette protéine dans le développement de l'obésité. De plus, apoE s'est révélée être le contributeur périphérique à l'homéostasie lipidique hépatique et au développement de la stéatose hépatique non alcoolique (SHNA).

En ce qui concerne le syndrome métabolique, les chercheurs se sont concentrés sur les principales protéines responsables de la synthèse des HDL dans le plasma. Les études sur les animaux ont mené à la conclusion que la voie métabolique de HDL est un contributeur important au dépôt de triglycérides alimentaires dans le foie. Cela peut ainsi entraîner le développement de la SHNA et d'autres troubles métaboliques apparentés associés au syndrome métabolique.

Ces observations sont de la plus haute importance car elles élargissent le rôle des HDL au développement de la SHNA, au-delà de l'athérosclérose. Parallèlement, les résultats de l'étude METABOLICSYNDROME suggèrent que les stimuli périphériques (comme les composants protéiques HDL) modulent le dépôt de graisse alimentaire. Cela pourrait déclencher l'obésité et ses troubles métaboliques associés.

Informations connexes