Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le transfert adoptif des lymphocytes T dans la lutte contre le cancer

La thérapie de transfert adoptif des lymphocytes T émerge comme un outil anti-cancer puissant. Elle a le potentiel de réveiller le système immunitaire et de fournir une immunité anti-cancer durable.
Le transfert adoptif des lymphocytes T dans la lutte contre le cancer
Notre système immunitaire adoptif utilise des cellules spécialisées et des molécules pour générer une mémoire immunologique lors de la première rencontre avec un agent pathogène. Cela signifie que lors d'une seconde rencontre avec le même agent pathogène, notre corps peut développer rapidement une réponse immunitaire spécifique.

Dans la lutte contre le cancer, le rôle du système immunitaire a été étudié de manière approfondie. Le cancer semble posséder plusieurs mécanismes pour échapper aux réponses immunitaires. Les scientifiques ont donc développé une série d'approches pour réactiver le système immunitaire ou rendre les antigènes du cancer plus immunogènes. L'une de ces stratégies implique l'utilisation de lymphocytes T humains génétiquement modifiés pour exprimer des récepteurs d'antigène chimérique (chimeric antigen receptors, CARs) face aux antigènes du cancer.

Les chercheurs du projet CANCER THERAPIES (Use of adoptive T cell transfer in combination with oncolytic adenoviruses for cancer treatment), financé par l'UE, ont étudié les cellules CD4+ polarisées comme cellules Th17 pour promouvoir une immunité anti-tumeur durable. Cela a été basé sur les preuves précliniques indiquant que l'immunothérapie du cancer avec les cellules CD4+ Th17 était très efficace.

Les membres du projet ont généré des cellules Th17 avec des récepteurs chimériques contenant la protéine costimulante inductible (inducible costimulatory, ICOS). La raison de cette approche était la maintenance du phénotype Th17 après reconnaissance des antigènes. Le transfert adoptif de ces cellules chez des souris avec des tumeurs établies a conduit à de meilleures réponses anti-tumeur, avec 70 % des souris présentant une rémission complète. Cela a clairement démontré que les domaines CAR sélectionnés ont la capacité d'améliorer la persistance in vivo et le fonctionnement des lymphocytes T.

Dans une autre approche, les scientifiques ont combiné les cellules CAR-T avec des adénovirus oncolytiques connus pour leur capacité à cibler, répliquer et tuer les cellules cancéreuses. L'idée était d'améliorer le fonctionnement des lymphocytes T transférés de manière adoptive en inversant l'immunosuppression et en réduisant le fardeau de la tumeur. Les expériences ont démontré que le traitement des cellules tumorales avec des virus oncolytiques améliorait l'expansion des cellules CAR-T in vitro lors de la reconnaissance des antigènes et conférait une plus grande réduction de tumeur in vivo.

Même s'il reste à savoir si les cellules CAR-T et les virus oncolytiques fonctionnent de manière synergétique, cette approche combinée peut augmenter les effets anti-tumeur. L'étape suivante consiste à tester cette approche pour une efficacité clinique.

Informations connexes

Mots-clés

Transfert adoptif des lymphocytes T, cancer, système immunitaire, CAR, adénovirus oncolytique