Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une collaboration plus étroite avec les nouveaux venus dans la recherche sur la fission

Les nouveaux États membres (NEM) représentent un potentiel largement inexploité concernant la recherche et développement dans le domaine des technologies de l'énergie nucléaire. Une initiative financée par l'UE a favorisé une meilleure intégration de leurs compétences au sein de la Communauté européenne de l'énergie nucléaire (Euratom).
Une collaboration plus étroite avec les nouveaux venus dans la recherche sur la fission
Malgré de nombreuses initiatives de l'UE destinées à encourager les NEM à participer au programme Euratom, leur implication reste faible. En termes de budget, ces pays ont bénéficié de seulement 5 % des subventions pertinentes au titre des sixième et septième programmes-cadres (respectivement les 6e PC et 7e PC).

Des institutions de recherche, des planificateurs et des petites et moyennes entreprises établies dans les NEM et les anciens États membres (AEM) ont formé un consortium pour unir leurs forces afin de remédier à cette situation. Ensemble, les 15 partenaires ont identifié les meilleures solutions applicables en vue d'accroître la participation future des NEM dans la recherche sur la fission.

Dans le cadre du projet NEWLANCER («New MS linking for an advanced cohesion in Euratom research») financé par l'UE, ils ont suivi trois orientations différentes. L'objectif ultime était de mettre en place un réseau dynamique, capable de révéler le potentiel de recherche de chaque pays, d'accroître la cohésion parmi les institutions au sein des NEM et d'améliorer la coopération avec les centres de recherche des AEM.

Le réseau NEWLANCER a permis de saisir la mesure des capacités et des difficultés de recherche actuelles au sein des NEM et d'identifier des possibilités de propositions de projet à venir. Celles-ci ont servi de point de départ pour les plans de travail visant à renforcer la coopération au niveau régional et à accroître la cohésion au sein d'Euratom.

Structuré en 19 groupes d'experts nationaux et 5 groupes d'experts régionaux, ce réseau a servi d'interface avec la direction des institutions de recherche et les autorités nationales compétentes en vue d'améliorer l'accès aux opportunités de financement. Parallèlement, le point de vue des directeurs de recherche sur les besoins et les priorités en la matière ont été communiqués aux structures européennes élaborant les stratégies d'énergie nucléaire.

Une évaluation des témoignages positifs recueillis dans les NEM et les AEM a permis au consortium NEWLANCER de produire des directives de bonnes pratiques. En outre, des recommandations reflétant les découvertes du projet ont été communiquées à un groupe élargi de parties prenantes souhaitant mieux exploiter le potentiel de recherche.

NEWLANCER a relevé le niveau de la recherche dans les NEM axés sur le développement de réacteurs et la réduction des déchets radioactifs. Ce faisant, il a également renforcé le niveau global des capacités de recherche européenne et offrira d'importants avantages à l'UE et à ses citoyens en matière d'énergie propre, sûre et durable.

Informations connexes

Thèmes

Nuclear Fission

Mots-clés

Recherche sur la fission, nouveaux États membres, énergie nucléaire, Euratom, radioactif