Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

EDUMIGROM — Résultat en bref

Project ID: 217384
Financé au titre de: FP7-SSH

Vers une meilleure politique en faveur des jeunes issus de minorités ethniques

Des chercheurs européens ont examiné comment les différences ethniques dans l'enseignement contribuent aux perspectives divergentes des jeunes issus de minorités ethniques dans des milieux urbains multiethniques. Le but était de mieux comprendre comment au travers des différents régimes de protection sociale les systèmes éducatifs, les politiques, les pratiques et les expériences participent aux processus de «minoritisation».
Vers une meilleure politique en faveur des jeunes issus de minorités ethniques
Financé par l'UE, le projet 'Ethnic differences in education and diverging prospects for urban youth in an enlarged Europe' (EDUMIGROM) a été réalisé en trois phases et reposait sur des méthodes de recherche quantitative et qualitative. Une partie des travaux a consisté à étudier les différences ethniques dans l'éducation, comment les interactions dans les communautés urbaines multiethniques engendrent des pratiques scolaires distinctes et comment les échanges, les modèles et les performances de formation de l'identité parmi les jeunes sont façonnés par les pratiques scolaires.

En outre, les chercheurs ont réalisé une étude comparative du degré de contribution des pratiques éducatives et de la formation de l'identité aux revendications de citoyenneté. L'objectif final était de s'appuyer sur les données recueillies dans les domaines ci-dessus pour formuler des recommandations de politique sur la base d'éléments concrets visant à stimuler l'intégration des jeunes d'origine ethnique souvent marginalisée au sein et au travers du système éducatif.

Les efforts déployés dans le cadre du projet ont apporté une multitude d'informations intéressantes et poussées sur le milieu scolaire en tant que lieux de diffusion du savoir et de socialisation et sur des expériences de traitement injuste, de discrimination et de marginalisation. Les études ont également donné des résultats sur des modèles d'identité et des stratégies de formation d'identité, de «vie en ghetto», de fierté ethnique (ou religieuse), d'exclusion et d'assimilationnisme/cosmopolitanisme.

Dans l'ensemble, les travaux de recherche EDUMIGROM ont fait ressortir une vision plutôt négative de la vie, des opportunités et des perspectives d'avenir des adolescents européens issus de minorités ethniques. Les conclusions révèlent que les systèmes scolaires en place servent à entretenir, voire entraver l'accès à une éducation de qualité. Ils ont également tendance à les sous-estimer pour des motifs d'ordre culturel et, par conséquent, à les empêcher de progresser en leur bloquant toute perspective d'avenir meilleur. Par exemple, les jeunes immigrés de la deuxième génération et ceux d'origine ethnique rom sont considérés en des termes qui revêtent une connotation négative du fait de leur appartenance à des «autres» milieux.

Néanmoins, les méthodologies, les approches, les études et les enseignements comparatifs issus du projet peuvent dans une large mesure améliorer le savoir sur la base d'éléments concrets dans des domaines stratégiques critiques. Améliorer la politique de l'éducation, la politique de la jeunesse, l'intégration sociale et l'anti-discrimination pourrait avoir un impact positif sur les communautés locales, la société civile, la communauté universitaire et scientifique, ainsi que le grand public. Les efforts menés dans le cadre du projet EDUMIGROM ont donc beaucoup à apporter à la communauté des décideurs politiques au niveau national et européen.

Informations connexes