Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

CRESTAR — Résultat en bref

Project ID: 279227
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Royaume-Uni

Un meilleur pronostic pour le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale débilitante. Des scientifiques financés par l'UE ont développé des biomarqueurs et des tests prédictifs pour identifier de manière précoce des cas particulièrement difficiles pour un accès plus rapide au traitement adéquat.
Un meilleur pronostic pour le traitement de la schizophrénie
Un tiers environ des patients schizophréniques montrent une étrange résistance au traitement (TRS, pour treatment-resistant schizophrenia) dont la moitié totalement insensible à toute médication. Les autres ne répondant qu'à la clozapine, un antipsychotique atypique original. Et, plus le traitement est administré tôt, meilleur est le résultat.

Le projet CRESTAR (Pharmacogenomic biomarkers as clinical decision-making tools for clozapine treatment of schizophrenia) a exploité les données génétiques, épigénétiques et épidémiologiques provenant de patients caractérisés pour la réponse thérapeutique et la réaction adverse aux médicaments. Cette approche permettrait d'identifier les patients réfractaires aux antipsychotiques et ceux qui développeront potentiellement des effets secondaires provenant de la clozapine, particulièrement inquiétant chez les enfants et adolescents. Les patients les plus susceptibles de ne pas réagir à tous les antipsychotiques ont également été enregistrés.

Les scientifiques ont utilisé l'analyse d'association à l'échelle du génome chez plus de 11 000 patients TRS et presque 25 000 sujets de contrôle. Ils ont identifié 10 nouveaux loci génétiques associés au TRS, et un traitement échoué de la clozapine. L'analyse intégrée d'une cohorte de 544 personnes a accéléré la découverte des facteurs génétiques et des biomarqueurs pour prévoir les effets de la consommation de clozapine chez les patients schizophrènes, notamment touchés par l'agranulocytose.

Les chercheurs ont également défini les phénotypes et génotypes de TRS dans les populations de schizophrènes et œuvrent à la détermination des associations génétiques et les causes de TRS. Le diabète de type 2, prédominant chez les patients se soignant à la clozapine, est modulé par un gain de poids et des patients présentant une tendance polygénique accrue à la schizophrénie sans répondre au traitement à la clozapine.

Un grand ensemble de données a préparé le terrain et continuera à apporter de la valeur au développement de tests prédictifs pour le traitement à la clozapine et de sécurité. Ces tests devraient être développés sur la base des données du projet et d'informations supplémentaires qui seront cumulées dans les années à venir.

Les produits livrables de CRESTAR pourraient réduire le besoin en hospitalisation, baisser les coûts des essais et l'impact économique sur les systèmes de santé tout en augmentant la sécurité et la réussite des tests cliniques. La diffusion par le biais du site web du projet, des ateliers et des publications permettra également de réduire toute stigmatisation sociale associée à la schizophrénie.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Schizophrénie, biomarqueurs, antipsychotique, CRESTAR, clozapine