Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

AMPHORA — Résultat en bref

Project ID: 223059
Financé au titre de: FP7-HEALTH

Une initiative paneuropéenne pour réduire la consommation d'alcool

La consommation européenne d'alcool par habitant, la plus élevée au monde, nuit à la santé, diminue la productivité et cause 138 000 décès par an. Les boissons alcoolisées contiennent des substances cancérigènes génotoxiques telles que l'éthanol et l'acétaldéhyde, et sont à l'origine de 26 000 décès dus au cancer chaque année en Europe.
Une initiative paneuropéenne pour réduire la consommation d'alcool
Le projet 'Alcohol measures for public health research alliance' (AMPHORA), qui était co-financé par l'UE, est le fruit de la collaboration entre 13 pays d'Europe. Il a pour objectif de produire des directives basées sur des preuves qui serviront de référence aux mesures politiques visant à réduire la consommation d'alcool. Ceci permettra de réduire le nombre de décès prématurés et la charge médicale et socio-économique engendrée par la consommation d'alcool.

Les membres du projet AMPHORA ont procédé à une recherche exhaustive pour identifier les facteurs qui influencent la consommation d'alcool, déterminer son impact socio-économique et identifier les mesures efficaces pour réduire le phénomène. L'étude montre qu'en UE, la consommation d'alcool est 600 fois supérieure aux seuils de sécurité définis par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) concernant l'exposition aux produits cancérigènes. Outre les problèmes de santé et les décès occasionnés, l'alcool entraîne des blessures, favorise les crimes avec violence et réduit la productivité.

Les partenaires du projet ont déterminé que le fait d'augmenter le prix de l'alcool, de la rendre moins accessible et de bannir les publicités pour l'alcool dans tous les médias y compris Internet, pourrait réduire efficacement la consommation d'alcool. Les pays qui ont mis en place des lois plus complètes et plus strictes en matière de consommation d'alcool enregistrent des niveaux de consommation inférieurs à ceux dans des pays plus laxistes.

Des mesures telles que la définition d'un âge légal minimum pour consommer de l'alcool, d'un taux d'alcoolémie maximum autorisé pour conduire et la concession de licences aux bars et boutiques qui vendent de l'alcool sont également efficaces. En outre, les conseils ponctuels mais pertinents dispensés par les médecins de famille et les professionnels de santé s'avèrent efficaces pour réduire la consommation globale des gros buveurs. Non seulement leur santé et leur productivité ont augmenté, mais les frais associés à une mauvaise santé générale et à un décès prématuré ont baissé.

Les obstacles potentiels à une diminution efficace de la consommation d'alcool ont été identifiés. Il s'agit notamment des activités de lobbying du secteur de l'alcool, de la mauvaise mise en oeuvre de politiques basées sur des preuves, et du manque de conseils dispensés à grande échelle aux gros buveurs. En outre, il faut pallier l'absence de politique standardisée et harmonisée de limitation de la consommation d'alcool en Europe et au manque de programmes de surveillance et de contrôle.

Les résultats du projet AMPHORA ont été diffusés sur le site web du projet ainsi qu'au travers de deux réunions de politique scientifique, plus de 30 publications, des présentations, des ateliers et des affiches, des conférences de presse et des communiqués, un ebook, des bulletins d'information, des vidéos et le manifeste AMPHORA.

Le projet a permis d'identifier des mesures efficaces de limitation de la consommation d'alcool en Europe. Celles-ci contribueront à améliorer la santé et le bien-être des individus, à limiter les inégalités et à renforcer la productivité. En améliorant la santé des individus, la société n'en deviendra que plus riche.

Informations connexes