Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une étude financée par l'UE pourrait-elle annoncer l'aube d'une nouvelle ère des transports?

Les systèmes coopératifs dans les transports feront-ils partie du futur? C'est l'avis des chercheurs du projet CVIS («Cooperative vehicle-infrastructure systems»), financé à hauteur de 22 millions d'euros par l'UE. Son but était de concevoir, évaluer et démontrer certaines uti...

Les systèmes coopératifs dans les transports feront-ils partie du futur? C'est l'avis des chercheurs du projet CVIS («Cooperative vehicle-infrastructure systems»), financé à hauteur de 22 millions d'euros par l'UE. Son but était de concevoir, évaluer et démontrer certaines utilisations de référence de systèmes coopératifs dans les environnements urbains et interurbains, ainsi que dans la gestion de parc de véhicules et de marchandises et des transports en commun. Le mégaprojet CVIS est soutenu au titre du domaine thématique «Technologies de la société de l'information» du sixième programme-cadre (6e PC). Le secteur des transports et le grand public bénéficieraient grandement de la création et de la mise en oeuvre d'un langage universel qui permettrait à l'infrastructure et aux véhicules de coopérer et de partager des informations. Non seulement l'encombrement de la circulation en serait réduit, mais les gens pourraient également voyager en toute sécurité, passer moins de temps dans les transports et s'éviter des visites fréquentes au garage. Les partenaires du projet CVIS expliquent que ces changements réduiraient la frustration des conducteurs et élimineraient la «rage au volant», qui n'a cessé d'augmenter ces deux dernières décennies. D'après le CVIS, le concept de collaboration entre des conducteurs coopératifs utilisant une infrastructure coopérative de véhicules conduirait à un avenir meilleur; en outre, les systèmes de transports intelligents (ITS - Intelligent transport systems), qui mettent les technologies de l'information et de la communication à la portée du secteur des transports, sont indispensables pour réaliser cet objectif. «Sur chaque continent, une partie du spectre radio a été réservée aux systèmes coopératifs: 5,9 GHz (gigahertz) aux États-Unis et en Europe, et 5,8 GHz au Japon, aussi ce sous-ensemble d'ITS est-il en voie d'aboutir», explique le coordinateur de CVIS Paul Kompfner, chef du secteur Mobilité coopérative à ERTICO-IITS Europe, le réseau de parties prenantes sur les ITS et les services en Europe. «Actuellement, je dirais que l'Europe se trouve en tête du développement des technologies et de la validation dans un grand nombre de sites d'essais.» Le consortium CVIS, composé de 62 instituts de recherche et sociétés de 15 pays d'Europe, a également développé une plateforme ouverte et innovante d'ITS qui peut fonctionner à plusieurs niveaux, notamment pour les dispositifs portables ou les systèmes routiers. Enfin, les partenaires ont oeuvré au développement d'un certain nombre de technologies clés en vue de créer un «Internet des voitures» intégré et en open source. Ils ont conçu une infrastructure complète de communication, couvrant le matériel, les protocoles, les normes, les logiciels médiateurs (middleware), les API (interfaces de programmation) et l'intégration entre plusieurs plateformes. Les partenaires du projet ont aussi créé une plateforme qui peut utiliser les infrastructures de communication en place telles que les satellites, l'infrarouge et la Wi-Fi (Wireless Fidelilty). Les partenaires déclarent avoir associé une chaîne logicielle évolutive et ouverte (et partiellement en open source) à une chaîne matérielle évolutive. La chaîne logicielle peut gérer divers éléments du cadre CVIS, dont les communications entre véhicules (V2V), la collecte de données sur la circulation, la gestion du trafic, etc. Cette chaîne peut également définir une série d'API. Depuis son lancement en 2008, le projet CVIS a mis au banc d'essai les technologies associées dans le cadre de plusieurs tests dans sept pays. Les partenaires du projet expliquent que «l'Internet des voitures» aura un impact important sur l'utilisation des routes, et deviendra un véritable modèle de la façon dont les autres ITS devront être développés dans les années à venir.

Articles connexes