Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Protocole de Kyoto: signature et suivi

La Commission européenne a adopté une communication sur l'efficacité énergétique dans l'UE qui définit les principaux éléments de la stratégie visant à améliorer l'efficacité énergétique. Cette communication coïncide avec la signature à New York, le 29 avril 1998, du protocole...
La Commission européenne a adopté une communication sur l'efficacité énergétique dans l'UE qui définit les principaux éléments de la stratégie visant à améliorer l'efficacité énergétique. Cette communication coïncide avec la signature à New York, le 29 avril 1998, du protocole de Kyoto, au titre de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. Mme Ritt Bjerregaard, membre de la Commission chargée de l'environnement, a signé le protocole au nom de l'UE, et les représentants des Etats membres l'ont fait également au nom de leurs pays respectifs. Cette signature officielle montre bien que l'UE et ses Etats membres restent fidèles à leur engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La communication est considérée comme une étape importante dans le processus de réalisation des engagements communautaires de Kyoto. Elle vise principalement à promouvoir l'engagement renouvelé envers l'efficacité énergétique, et la mise en vedette de celle-ci. Il s'agit également d'assurer que l'efficacité énergétique soit de plus en plus prise en compte dans les autres politiques, telles que le développement régional et la coopération internationale. Cette communication propose d'accorder une priorité particulière au secteur du bâtiment et de modifier ou d'améliorer la législation existante relative aux émissions de CO2.

Elle représente une première étape dans la stratégie communautaire visant à l'utilisation rationnelle de l'énergie et elle servira de point de départ à des discussions complémentaires, se traduisant éventuellement par un Plan d'action relatif à l'efficacité énergétique.

Bien que la stratégie officielle post-Kyoto ne doive pas être adoptée avant mai, lorsqu'elle sera soumise à la ratification des Etats membres, il apparaît déjà que des modifications significatives des politiques de transport et d'énergie seront nécessaires pour réaliser l'objectif de réduction de 8% inscrit dans le protocole.

Informations connexes