Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Mise au point de capteurs pour l'analyse des gaz volcaniques

Lancé au mois de décembre 1996, le projet AGMV (Contrôle géochimique automatique européen des volcans) est destiné à recevoir un financement s'étendant sur deux ans au titre du programme communautaire Environnement et climat. Ce projet a un double objectif: tout d'abord amélio...
Lancé au mois de décembre 1996, le projet AGMV (Contrôle géochimique automatique européen des volcans) est destiné à recevoir un financement s'étendant sur deux ans au titre du programme communautaire Environnement et climat. Ce projet a un double objectif: tout d'abord améliorer l'aptitude à détecter les modifications physico-chimiques des fluides volcaniques qui précèdent fréquemment une éruption, et ensuite équiper les volcans d'instruments fiables pour ces besoins.

Le projet implique le développement et la mise à l'essai d'une série de capteurs spécifiques capables de fonctionner en continu, ainsi que l'implantation de stations destinées à contrôler une diversité de paramètres, et la création de versions in-situ des analyseurs de laboratoire, qui devraient tous utiliser une transmission à distance des données.

Jusqu'à présent, le projet a assuré l'étude et la réalisation de plusieurs types différents de capteurs. Parmi-ceux figurent les capteurs destinés à surveiller le niveau de radon dans le sol, ainsi que les spectromètres infrarouges (qui en sont encore au stade des instruments de laboratoire) qui permettent de mesurer simultanément un grand nombre de gaz.

En plus de ces capteurs à paramètres multiples, les scientifiques participant au projet sont en train de mettre au point une série de capteurs composée de divers instruments connectés en parallèle et conçus pour surveiller des paramètres spécifiques. Ceux-ci peuvent être rendus opérationnels plus facilement et sont moins onéreux. Il faut toutefois préciser que ces dispositifs exigent une opération plus délicate, à savoir la coordination de la saisie et de la transmission des données provenant des divers capteurs.

Ces capteurs seront soumis à des essais en Italie à partir de la mi-juin 1998 environ, et effectueront des enregistrements en continu pendant six mois au moins. Les sites retenus pour la réalisation de ces essais sont Solfatara, près de Naples, Vulcano, dans les îles Eoliennes et l'Etna en Sicile.

Informations connexes

Programmes