Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Politique scientifique et technologique dans les pays de la Méditerranée septentrionale

L'Institut de prospective technologique (IPTS) relevant du Centre Commun de recherche de la Commission européenne a publié un rapport sur la politique de recherche et de développement technologique dans certains pays de la Méditerranée septentrionale. Ce nouveau rapport a été ...
L'Institut de prospective technologique (IPTS) relevant du Centre Commun de recherche de la Commission européenne a publié un rapport sur la politique de recherche et de développement technologique dans certains pays de la Méditerranée septentrionale. Ce nouveau rapport a été élaboré dans le cadre de la contribution de l'IPTS au partenariat euro-méditerranéen et prend la suite du rapport intitulé "Science and technology policy in southern Mediterranean countries: the cases of Egypt, Jordan, Tunisia and Turkey" (voir RTD-Nouvelles RCN-8208).

Le présent rapport présente et analyse les résultats d'un questionnaire préparé par l'IPTS au nom de la DG XII, qui avait été envoyé aux représentants de 12 pays de la Méditerranée septentrionale et orientale à la fin de 1996, dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen dans le domaine des sciences et des technologies.

Le questionnaire, qui a obtenu un taux de réponse de 83%, visait à évaluer les politiques de recherche nationales dans tous les pays ainsi que leur incidence sur le développement technologique. Les questions étaient regroupées selon trois thèmes principaux qui comprenaient les objectifs de la politique de R&D, la gestion, le financement et l'exécution et la coopération au sein de l'UE.

Les principaux résultats de l'enquête montrent qu'il existe une grande diversité entre les situations de la R&D dans les pays examinés, en termes de ressources humaines tout autant que financières. En général, stratégies et structures de coordination sont déjà en place. Le volume des dépenses est néanmoins assez faible, à l'exception d'Israël, de l'Algérie et de la Tunisie. La collaboration globale entre les pays méditerranéens et l'UE est bien développée, mais la coopération entre les pays méditerranéens eux-mêmes ne l'est pas autant.

Informations connexes