Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Etude de l'allergie au dégagement de nickel provenant des pièces euro

Le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne a réalisé une étude en réponse à l'inquiétude exprimée par le Bureau européen pour la protection des consommateurs au sujet des risques d'allergie susceptibles d'être provoqués par les nouvelles pièces euro, qui d...
Le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne a réalisé une étude en réponse à l'inquiétude exprimée par le Bureau européen pour la protection des consommateurs au sujet des risques d'allergie susceptibles d'être provoqués par les nouvelles pièces euro, qui doivent être mises en circulation à partir de 1999. Cette inquiétude concerne la réaction allergique potentielle au cupro-nickel et au nickel-zinc-cuivre contenus dans les pièces qui pourraient faire l'objet d'un dégagement durant une manipulation occasionnelle ou professionnelle.

Le nickel et ses alliages peuvent provoquer une sensibilisation de la peau et des allergies cutanées et on estime qu'environ 15 % des Européens sont sensibles au nickel. Dans le cadre de l'étude, menée par l'Institut des matériaux et mesures de référence du CCR, le dégagement de nickel provenant des deux pièces euro en question a été comparé à celui de pièces existantes en circulation qui contiennent du nickel.

Les résultats de l'étude ont montré que le dégagement de nickel provenant des pièces euro n'excède aucunement celui des pièces nationales existantes déjà en circulation. Cette analyse comparative confirme donc l'avis du Comité consultatif scientifique pour l'examen de la toxicité et de l'écotoxicité des composés chimiques, qui conseille la DG XXIV de la Commission européenne, selon lequel "il semble peu probable que le nickel relâché par les nouvelles pièces européennes jusqu'au même taux (que celui des pièces en circulation) provoque un accroissement de l'incidence des troubles".