Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Recyclage et réutilisation des matières radioactives

Un rapport sur les résultats d'une étude financée par la DG XI de la Commission européenne a été publié récemment. Cette étude a examiné la faisabilité du recyclage ou de la réutilisation des déchets contaminés, radioactifs ou activés résultant des opérations de routine et de ...
Un rapport sur les résultats d'une étude financée par la DG XI de la Commission européenne a été publié récemment. Cette étude a examiné la faisabilité du recyclage ou de la réutilisation des déchets contaminés, radioactifs ou activés résultant des opérations de routine et de déclassement des installations nucléaires dans le secteur nucléaire réglementé.

L'examen a comporté l'estimation des quantités de déchets de faible activité (DFA) sous forme de béton, d'acier, de cuivre et d'aluminium susceptibles d'être produites et les échelles de temps pertinentes. Les études détaillées de 12 scénarios possibles pour l'utilisation de ces déchets sont contenues dans le rapport et, sur la base des résultats de ces analyses, il a été procédé à une évaluation stratégique de la faisabilité du recyclage en vue d'une mise à disposition contrôlée au sein du secteur nucléaire.

Le rapport comprend les sections suivantes:

- évaluation des quantités de DFA résultant des opérations nucléaires dans la Communauté européenne
- analyse de scénarios pour le recyclage/la réutilisation de matériaux dans le secteur nucléaire
- examen des questions stratégiques relatives au recyclage en vue d'une mise à disposition contrôlée
- conclusions et recommandations.

Le rapport conclut que les formes de recyclage en vue d'une mise à disposition contrôlée susceptibles d'être entreprises d'une manière rentable sont le recyclage de l'acier par fusion et le recyclage du béton par broyage. Le recyclage du cuivre est considéré irréalisable en raison de la nature des procédés de décontamination et d'affinage nécessaires. De même, le recyclage de l'aluminium au sein de l'industrie nucléaire serait également irréalisable. Le recyclage pour une mise à disposition non contrôlée serait le type de recyclage de l'aluminium le plus susceptible d'être mis en oeuvre.