Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Edith Cresson inaugure le Help-desk des DPI - un nouveau service de l'UE pour encourager l'innovation

Deux nouvelles initiatives qui vont changer la manière dont l'Europe aborde le processus d'innovation viennent d'être lancées lors d'une manifestation à Paris. Bénéficiant du soutien de l'UE et de l'Organisation européenne des brevets (OEB), ces deux nouveaux services - Help-d...
Deux nouvelles initiatives qui vont changer la manière dont l'Europe aborde le processus d'innovation viennent d'être lancées lors d'une manifestation à Paris. Bénéficiant du soutien de l'UE et de l'Organisation européenne des brevets (OEB), ces deux nouveaux services - Help-desk des DPI de l'UE, et esp@cenet, un service conjoint de l'OEB et des offices nationaux des brevets - visent à développer l'usage des droits de propriété intellectuelle pour aider les innovateurs en Europe.

Divers dirigeants commerciaux, spécialistes des droits de propriété intellectuelle (DPI), représentants d'équipes de R&D, et journalistes ont assisté à la cérémonie de lancement à Paris, le 19 octobre 1998. Les nouveaux services ont été inaugurés par Edith Cresson, responsable européen de la recherche et de l'innovation, et Ingo Kober, Président de l'OEB. Ces nouvelles ressources seront disponibles gracieusement dans le cadre de l'effort visant à améliorer les performances actuelles décevantes de l'Europe en matière de brevets. La cérémonie a également accueilli la présentation des prix INPI (le Bureau français des brevets) dans sa cinquième édition, pour la région Ile de France.

Evoquant l'origine de ces nouvelles initiatives, madame Cresson a mentionné le danger de se laisser distancer dans ce domaine important, déclarant que 50% des technologies brevetées en Europe viennent de pays tiers. En comparaison, seulement 15% des technologies brevetées aux Etats-Unis proviennent de sociétés européennes. Selon la commissaire Cresson, il est clair que cette situation ne reflète pas fidèlement la position de l'Europe en termes de recherche scientifique, et qu'elle pourrait avoir des conséquences néfastes sur notre économie. Edith Cresson a également noté les avantages que l'usage informé du système des brevets pourrait engendrer, en précisant que ce système sert de motivation pour l'innovation et son exploitation industrielle. Il constitue un élément clé dans le processus d'innovation - celui de la transformation des résultats de la recherche portant sur les applications industrielles et le succès commercial.

Le Help-desk des DPI est une initiative du programme communautaire INNOVATION, et servira de point central de référence DPI pour les parties contractantes de la recherche financée par l'UE. Une courte présentation vidéo a brossé le rôle de ce Help-desk, ainsi que celui de esp@cenet. Le Help-desk offre une ligne d'assistance téléphonique, tenue par une équipe de spécialistes de DPI, ainsi qu'un site Web très complet. Ainsi que l'a expliqué la commissaire Cresson, il est essentiel que les chercheurs qui bénéficient d'un soutien communautaire soient également informés des questions complexes qui touchent aux droits de propriété intellectuelle, et en particulier aux brevets.

Le service esp@cenet est une entreprise conjointe de l'Organisation européenne des brevets (OEB) et des offices nationaux des brevets dans les pays d'Europe. En inaugurant esp@cenet, Ingo Kober a décrit ses caractéristiques principales: "C'est un service décentralisé, rassemblant les ressources documentaires de l'OEB et des ses 19 Etats membres." Disponible en ligne et régulièrement mis à jour, il fournit la plus grande source d'information sur les brevets à être disponible gratuitement sur l'Internet. M. Kober a remercié la Commission pour son soutien dans l'établissement d'esp@cenet, et s'est félicité de bientôt travailler en partenariat avec le Help-desk des DPI en vue des mêmes objectifs.

En conclusion de son discours, Edith Cresson a remarqué que des actions audacieuses et d'envergure étaient essentielles au niveau de l'UE. Il fallait travailler de concert avec toutes les parties intéressées, en privilégiant l'utilisateur final - les entreprises européennes et les citoyens d'Europe.

Informations connexes

Programmes