Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'EURADA fait l'analyse comparative de la compétitivité régionale

Au moins neuf leçons ont été tirées de projets pilotes sur les conditions-cadres du benchmarking - dans les domaines des qualifications professionnelles, de la logistique, de l'impact des nouvelles technologies de l'information (NTI) sur l'organisation des entreprises, et du f...
Au moins neuf leçons ont été tirées de projets pilotes sur les conditions-cadres du benchmarking - dans les domaines des qualifications professionnelles, de la logistique, de l'impact des nouvelles technologies de l'information (NTI) sur l'organisation des entreprises, et du financement de l'innovation, comme annoncé dans le bulletin de l'European Association of Development Agencies (EURADA).

Les résultats des quatre projets pilotes, cofinancés par l'Union européenne, sont disponibles à l'URL:

http://www.benchmarking-in-europe.com

Les leçons tirées sont notamment les suivantes:

- Les entreprises situées dans les régions périphériques souffrent de la mauvaise qualité des infrastructures, de services logistiques coûteux et d'insuffisances dans le domaine de la coopération internationale.
- Les autorités doivent soutenir l'utilisation efficace des NTI et l'amélioration des structures relatives aux NTI.
- Les petites et moyennes entreprises (PME) manquent de qualifications et de compétences en NTI.
- Les "Business Angels" jouent un rôle moindre dans l'innovation en Europe qu'aux Etats-Unis, sans doute à cause de problèmes relatifs à la fiscalité et aux revenus.
- Bien que le nombre de sociétés de capital-risque en activité dans les Etats membres de l'UE reste inférieur à celui des Etats-Unis, il est en augmentation (750 contre 1800).
- En règle générale, et par rapport aux Etats-Unis et à Israël, l'Europe souffre d'un déficit sur le plan de la capacité à évaluer les risques technologiques et d'un manque d'initiatives destinées à soutenir des interactions plus rapides entre les universités et les entreprises.
- Il faudrait que les politiques d'éducation soient plus pratiques et que la formation en entreprise soit mieux intégrée aux programmes des établissements d'enseignement supérieur.%.L- Il faudrait favoriser des liens plus étroits entre l'industrie et le système d'éducation.
- Les compétences qui manquent le plus aux travailleurs au début de leur vie professionnelle sont (a) les connaissances d'anglais, (b) l'initiation à l'informatique, (c) les connaissances sur le monde industriel, et (d) l'adaptabilité.

Informations connexes