Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Trois équipes européennes ont fait progresser la robotique d'intervention d'urgence depuis la catastrophe de Fukushima.

Trois équipes européennes (dont WALK-MAN, financée par l'UE) présenteront leurs robots d'intervention d'urgence au monde entier lors des finales de la finale de la compétition DARPA Robotics Challenge (DRC), les 5 et 6 juin. Environ 25 équipes présenteront les avancées en robotique depuis la catastrophe de Fukushima, ainsi que les obstacles restant à surmonter.
Tendances scientifiques: Trois équipes européennes ont fait progresser la robotique d'intervention d'urgence depuis la catastrophe de Fukushima.
La compétition de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA ou Agence pour les projets avancés de recherche de défense) qui se tiendra en Californie, aux États-Unis, offre à des équipes de robots humains du monde entier l'opportunité de démontrer leurs capacités permettant d'apporter une aide dans de futures catastrophes naturelles et générées par les hommes. Selon le magazine Scientific American, la compétition vise à assurer que les robots peuvent prendre l'initiative en cas d'intervention d'urgence, mieux que lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima, en 2011.

Pour se qualifier pour la finale du concours DRC, les équipes devaient présenter des vidéos prouvant la réussite de cinq tâches simples: engager un interrupteur d'arrêt d'urgence, se lever d'une position couchée, se déplacer sur dix mètres sans tomber, passer une barrière et tourner une vanne rotative de 360 degrés. L'équipe WALK-MAN représentant l'Italie et les équipes Hector Darmstadt et NimbRo Rescue représentant l'Allemagne ont réussi cette étape et feront partie des candidats qui rencontreront des équipes venant du Japon, de Corée du Sud et des États-Unis pour tenter de remporter des prix à hauteur de 3,5 millions de dollars (soit 3,1 millions d'euros) et stimuler de futures avancées dans le domaine robotique.

Les limites des robots pour des interventions d'urgence (dont celles liées à la mobilité et au niveau d'autonomie) les obligeaient, jusqu'alors à ne jouer qu'un rôle «marginal» dans certaines situations de catastrophe. «Cela a été flagrant au Japon il y a quatre ans après qu'un petit escadron de robots ait été envoyé pour aider les travailleurs sur la centrale nucléaire dévastée de Fukushima Daiichi. Les machines ont passé beaucoup de temps en marge, laissant les humains faire la majeure partie des travaux dangereux», soulignent des scientifiques américains.

L'expérience de Fukushima a été très révélatrice pour la communauté robotique. En effet, elle fut la preuve que, dans de telles situations, les robots devaient avoir, entre autres, des protections contre la radioactivité pour assurer la continuité de la communication. «Les robots de iRobot et de Honeywell (développés d'après les découvertes de DARPA) pouvaient éventuellement aider à l'évaluation des dommages et des travaux de nettoyage (certains sont toujours utilisés à Fukushima) mais leur utilisation était limitée pendant l'urgence, là où le site était le plus dangereux.», font remarquer les scientifiques américains.

Gill Pratt, responsable du programme DARPA pour la compétition, s'est entretenue avec les scientifiques américains et a souligné: «Nous nous sommes réellement inspirés de Fukushima car nous ignorons quelle sera la nature de la prochaine catastrophe, mais nous savons qu'il nous faut développer une technologie capable de nous aider à faire face à ce type de catastrophe.»

Les équipes DARPA notent le très grand intérêt international pour la compétition en tant que preuve de la valeur des robots dans les situations d'intervention d'urgence. Mme Pratt ajoute que «la participation accrue démontre non seulement l'intérêt général pour la robotique, mais également la priorité donnée par de nombreux gouvernements aux futures technologies robotiques… Nous sommes impatients de découvrir comment les équipes vont assurer la robustesse de leurs robots en termes de pannes, gérer stratégiquement la puissance des batteries et intégrer suffisamment d'autonomie partielle dans les robots pour remplir les tâches du défi alors que DARPA dégradera délibérément les liaisons de communication entre les robots et les opérateurs.»

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
http://www.darpa.mil/NewsEvents/Releases/2015/03/05.aspx

- WALK-MAN place la barre très haut pour la finale du concours de robotique DARPA

Source: D'après un communiqué de presse de DARPA et un reportage de Scientific American.

Informations connexes

Programmes

Pays (6)

  • Chine, Allemagne, Italie, Japon, Corée du Sud, États-Unis