Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

STAR-FLOOD clôture une étude de cas sur la gestion des risques d'inondation en Europe

Le projet STAR-FLOOD a déjà publié plusieurs constatations préliminaires dans son analyse des stratégies de gestion des risques d'inondation dans six pays européens.
STAR-FLOOD clôture une étude de cas sur la gestion des risques d'inondation en Europe
De 2000 à 2013, les inondations ont entraîné 5,5 milliards d'euros de pertes annuelles en Europe, et ce chiffre devrait quintupler d'ici 2050, d'après une étude publiée l'an dernier dans la revue Nature. Les gouvernements européens ont consacré beaucoup d'efforts pour garantir une protection soutenue contre les inondations grâce au développement de digues, de barrages ou d'écluses, mais on se demande toujours si ces stratégies de défense sont-elles suffisantes?

«Nous devrions nous concentrer également sur la prévention, l'atténuation, la préparation et la restauration des inondations», explique le Prof. Peter Driessen de l'université d'Utrecht lors de la vidéo de présentation du projet STAR-FLOOD. Le projet, lancé en octobre 2012 et financé à hauteur de 5,4 millions d'euros par l'UE, cherche à analyser, expliquer, évaluer et concevoir des politiques pour mieux gérer les risques d'inondations de cours d'eau dans les agglomérations urbaines en Europe.

STAR-FLOOD vient d'achever son troisième lot de travail, au cours duquel les chercheurs ont étudié la gouvernance en termes de risques d'inondation aux Pays-Bas, en Belgique, en France, au Royaume-Uni, en Pologne et en Suède selon trois zones d'études de cas dans chaque pays. Une analyse détaillée a été effectuée et, bien que les rapports respectifs ne soient finalisés qu'à la fin septembre 2015, quelques faits intéressants ont déjà été constatés après une comparaison entre les pays, un processus qui sera l'objet du quatrième lot de travail.

Par exemple, les pays étudiés par STAR-FLOOD semblaient effectuer des efforts pour diversifier, relier et aligner les stratégies de gestion de risques des inondations, malgré la complexité intrinsèque de ces efforts. «Dans de nombreux cas, la transition vers une gestion des risques des inondations plus diversifiée semblait être causée par les actions des agents de changement appuient fortement de nouveaux développements ou des évènements de choc (par exemple, des inondations)», explique l'équipe au site web du projet. D'autre part, ils ont également mis l'accent sur les politiques les régulations nationales en matière d'inondation et au Royaume-Uni qui «démontreraient un certain degré de flexibilité menant à des changements progressifs en termes de gouvernance des risques d'inondation.»

Dans tous les pays, les actions gouvernementales relatives aux risques d'inondation semblaient aller de pair avec des actions locales spécifiques entreprises par les autorités publiques locales mais également par les parties prenantes du secteur commerciale, de la société civile et parfois même des résidents. L'équipe STAR-FLOOD s'est donc lancer le défi de savoir comment ces initiatives pouvaient être facilitées, ce à quoi elle s'attèlera au cours des prochains mois.

Enfin, le projet présente des différences en termes de mise en œuvre de la directive en matière d'inondations. «Alors que les pays de STAR-FLOOD sont des États membres de l'UE en cours d'application de la directive de l'UE sur les inondations (Directive 2007/60/CE), l'influence relative attribuée à cette directive diffère considérablement entre les pays de STAR-FLOOD. En Pologne, par exemple, la mise en œuvre de la directive sur les inondations a légitimé des politiques et une réglementation innovantes. Aux Pays-Bas, par contre, bien que certains décideurs politiques aient accepté les cartes de danger d'inondation et de risques d'inondation, en général la mise en œuvre de la directive inondations est considérée comme un exercice bureaucratique: elle est davantage considérée comme une formalisation de «routine» plutôt qu'une opportunité pour améliorer la gouvernance des risques d'inondation», explique l'équipe.

L'analyse entre pays suit la clôture du deuxième lot de travail du projet en novembre 2013, dans lequel les chercheurs ont mis au point un cadre d'évaluation pour effectuer les analyses entre pays et des études de cas. Le projet devrait s'achever le 31 mars 2016 avec la publication des principes de conception des mécanismes de gestion des risques d'inondation (FRGA, pour Flood Risk Governance Arrangements) adaptés et fiables.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:

STAR-FLOOD
http://www.starflood.eu/

Source: D'après des informations provenant du site web du projet STAR-FLOOD.

Informations connexes