Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Renforcer la collaboration et la prise de décision par les citoyens

Les chercheurs du projet D-CENT, financé par l'UE, analysent de nouveaux outils et systèmes en ligne pour faciliter la démocratie directe et une autonomie économique orientée vers les citoyens.
Renforcer la collaboration et la prise de décision par les citoyens
On ne peut vraiment favoriser l'autonomie et la participation des citoyens aux prises de décisions qu'avec une réelle implication démocratique et un système qui reconnaisse équitablement les contributions au bien collectif. Le projet D-CENT, financé par l'UE et lancé en octobre 2013, s'est appuyé sur de nouveaux outils innovants et plusieurs plateformes pour apporter aux citoyens une voix décisionnelle et un moyen plus équitable de reconnaître la valeur sociale.

Internet dispose d'un énorme potentiel pour favoriser de nouvelles formes d'interaction sociale et de coopération, mais il devient aussi de plus en plus centralisé. Le projet D-CENT a cherché à compenser cette tendance grâce à de nouvelles méthodes d'organisation en ligne (via des projets pilotes et le développement de nouveaux outils en ligne), afin de créer des plateformes ouvertes favorisant une vraie coopération de la base.

D-CENT a commencé par s'attaquer au problème de l'engagement des citoyens dans le processus décisionnel, en étudiant certaines des expériences les plus innovantes de démocratie directe en Finlande, en Islande et en Espagne. Ces projets ont montré comment responsabiliser des millions de citoyens et les impliquer dans la prise de décision quotidienne grâce à des outils et systèmes appropriés.

L'Islande a, par exemple, demandé à ses citoyens de contribuer à une nouvelle «wiki-constitution», et le Ministère ouvert de Finlande est une expérience de participation collaborative dans le domaine de la législation. En outre, l'Espagne compte certains des mouvements sociaux en ligne les plus dynamiques d'Europe.

Beaucoup de ces projets partagent une caractéristique: la nécessité de renforcer le débat démocratique et de tenir compte de l'aspect social, ce qui est spécialement important pour les projets ayant un impact social. C'est pour faciliter cela que le projet D-CENT a présenté Freecoin, une nouvelle monnaie sociale sur Bitcoin. Bitcoin est un système de paiement virtuel qui utilise un logiciel à accès libre.

Le but de Freecoin est d'encourager une économie du partage en donnant une «valeur» à un service social. En Finlande par exemple, un système décentralisé de rémunération sociale a été mis en place pour récompenser les contributions des membres d'une ferme urbaine coopérative, au bénéfice de l'intérêt commun de la coopérative.

L'exploitation de Freecoin pourrait aussi aller de pair avec de nouvelles innovations gouvernementales pour la reprise des économies nationales après la récession, ou pour soutenir la dynamique de la gestion de la confiance dans le secteur financier, en prenant en compte la valeur sociale. Les chercheurs de D-CENT sont persuadés que Freecoin pourrait devenir un élément de base d'une nouvelle économie, qui accorde plus de valeur au bien collectif.

Les chercheurs de D-CENT participeront les 7 et 8 juillet à une table ronde à Bruxelles, avec des activistes citoyens, des mouvements sociaux et des développeurs de nouveaux outils de démocratie en accès libre. Les discussions porteront sur les types d'outils en ligne et sur les modèles d'auto-gouvernance nécessaires pour autonomiser et responsabiliser les citoyens. La rencontre permettra aussi au projet de prendre note des progrès accomplis.

À terme, D-CENT apportera à la société civile des outils numériques pour l'innovation sociale et la durabilité, contribuant à établir des alternatives de plus long terme aux systèmes en ligne actuels, centralisés. Le projet doit s'achever en mai 2016.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:

D-CENT
http://dcentproject.eu/

Source: D'après des communiqués de presse du projet D-CENT.

Informations connexes