Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

BIOMOT explore ce qui motive les actions en faveur de la nature

Lors de la récente conférence finale conjointe, tenue avec le projet BESAFE, l'équipe de BIOMOT a présenté son exploration de ce qui pousse les gens à agir pour la nature et comment favoriser ce comportement.
BIOMOT explore ce qui motive les actions en faveur de la nature
Qu'est-ce qui nous motive à militer en faveur de la nature? Agissons-nous par amour de la nature, par devoir, ou bien pour la santé ou l'économie? Le projet BIOMOT, financé par l'UE, a tenu ce mois-ci sa conférence finale, conjointement avec le projet BESAFE. Il a passé les quatre dernières années à étudier cette question.

Le fait de savoir ce qui motive les individus à agir en faveur de la nature pourrait être extrêmement utile pour les gouvernements et l'UE à concevoir des politiques. L'équipe du projet BIOMOT a cherché à découvrir cette information en se rapprochant des projets sur l'environnement et des gens sur le terrain, à travers l'UE. Entre autres, l'équipe a conduit une enquête en ligne ainsi que 213 entretiens avec des acteurs engagés, et consulté 34 projets œuvrant pour la nature en UE, afin de déterminer ce qui les motive. Les membres de l'équipe ont aussi effectué des analyses critiques et des études empiriques des discours présentant la valeur des services d'écosystème.

Wouter De Groot, coordinateur du projet, présentait lors de la conférence les découvertes, sous forme de quelques résultats essentiels. Par exemple, lorsque les chercheurs ont étudié le parcours des acteurs fermement engagés en faveur de la nature, ils ont constaté que leurs motifs principaux n'étaient ni moraux ni économiques: «En étudiant ces parcours, nous découvrons souvent une rencontre extrêmement marquante avec la nature, durant l'enfance. Cette rencontre engendre une connexion avec la nature, et la nature devient signifiante. Cette connexion est cruciale, et pour la nourrir nous devons la réintégrer dans notre discours public.»

L'équipe de BIOMOT voulait appliquer une approche interdisciplinaire et remettre en question ses résultats. Elle s'est donc basée sur l'économie, la science politique, la psychologie et la philosophie.

Par ses travaux, l'équipe a pu définir un profile général de la personne qui devient très active en faveur de la biodiversité. Les études ont révélé que des activités informelles en rapport avec la nature sont importantes plus tard dans l'enfance et peuvent finalement conduire à agir pour la nature et la biodiversité une fois adulte. Maintenant, l'équipe formalise les implications politiques de ces résultats.

L'équipe de BIOMOT s'est aussi intéressée aux discours de valorisation des services d'écosystème, une idée qui a pris de l'ampleur ces dernières années mais qui est controversée pour certains écologistes. Les recherches de BIOMOT ont en effet révélé que la valorisation de marché est un point de conflit. Le projet a étudié les divers discours et constaté que les décisions politiques visent la valorisation économique des services d'écosystème, sans tenir toujours compte des discours plus vastes. Il faut donc inclure dans la décision politique un bien plus large ensemble de voix, ainsi que le plus large éventail de discours, ce qui peut s'obtenir en rapprochant les organisations et via des partenariats de recherche transdisciplinaire.

Le projet s'achève fin août et a récemment publié plusieurs résultats: principaux résultats du projet; recommandations politiques pour favoriser l'engagement envers la nature et l'article «A theory of committed action for nature: interdisciplinary explorations». Ces résultats devraient aider les gouvernements et l'UE à concevoir des politiques et des initiatives qui favorisent les actions volontaires en faveur de la nature.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:

BIOMOT
http://www.biomot.eu/index.php

Source: D'après la couverture de la conférence finale conjointe de BESAFE et BIOMOT.

Informations connexes