Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Edith Cresson: "Le Programme doit tenir ses promesses"

Le Cinquième programme-cadre (5ème PCRD) de recherche, de développement technologique et de démonstration de l'Union européenne représente un pas important vers le déploiement d'une nouvelle approche de la recherche européenne, résolument au service des entreprises et des cito...
Le Cinquième programme-cadre (5ème PCRD) de recherche, de développement technologique et de démonstration de l'Union européenne représente un pas important vers le déploiement d'une nouvelle approche de la recherche européenne, résolument au service des entreprises et des citoyens dans une Union étendue à l'échelle du continent, a déclaré Mme Edith Cresson lors de l'ouverture de la conférence d'Essen qui a marqué le lancement officiel du 5ème PCRD le mois dernier.

Mme Cresson, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, l'innovation, l'éducation, la formation et la jeunesse, a ouvert la conférence qui a attiré plus de 5 000 participants venus de plus de 60 pays. Elle a été rejointe pour la séance inaugurale par Mme Edelgard Bulmahn, ministre fédéral allemand de la Recherche et de l'Education et présidente en exercice du Conseil des ministres de la Recherche de l'UE, M. Umberto Scapagnini, président de la commission de la R&D et de l'énergie du Parlement européen, et M. Wolfgang Clement, ministre-président du Land Nordrhein-Westfalen.

Mme Cresson a commencé par remercier tous ceux grâce à qui le 5ème PCRD a été adopté en temps voulu dans de bonnes conditions.

Elle a insisté sur l'importance de la manifestation qui tournait les regards à la fois vers le passé, le présent et l'avenir - le passé représentant le 4ème PCRD et l'avenir étant les perspectives de la recherche européenne.

"Nous devons permettre au 5ème programme-cadre de tenir ses promesses et engager sa mise en oeuvre aussi vite que possible", a dit Mme Cresson. "C'est une priorité pour la Commission comme pour la présidence allemande."

Elle a livré ses réflexions sur trois grands points, le premier ayant été le contexte dans lequel sera mis en oeuvre le 5ème PCRD dont les différentes facettes sont autant de défis lancés à la recherche européenne.

Mme Cresson a ensuite évoqué la manière dont le 5ème PCRD répondra à ces défis et signalé que 15 milliards d'euros, soit une augmentation de 4,6 % par rapport au 4ème PCRD, seront investis dans le 5ème PCRD. Elle a également mis en lumière l'importance de la nouvelle approche qui est axée sur l'organisation des différents programmes en fonction, non de la division traditionnelle en domaines et disciplines, mais des grands problèmes auxquels l'Union européenne fait face.

Enfin, Mme Cresson a examiné trois dimensions de la politique de recherche de l'Union qui feront l'objet d'une attention particulière dans le 5ème PCRD. S'agissant de la première dimension, à savoir la question "Femmes et sciences", elle a déclaré qu'il est important de stimuler la participation des femmes à la recherche scientifique et a fait mention d'une communication de la Commission sur ce sujet.

La seconde dimension est constituée par les questions éthiques qui interviennent dans la recherche, telles que le clonage et les organismes génétiquement modifiés. Mme Cresson a insisté sur l'importance d'une approche européenne commune à l'égard de ces questions éthiques.

La troisième dimension est l'avenir à moyen terme de la recherche en Europe.

"Quelle forme la recherche européenne prendra-t-elle à la lumière de l'élargissement de l'Europe?", a-t-elle demandé, et "Comment pouvons-nous maintenir la cohérence au sein de l'Union européenne lorsque le nombre des Etats membres augmentera?". Ces questions seront débattues lors du Conseil "Recherche" de mai.

Mme Cresson a également placé le 5ème PCRD dans un contexte plus large et parlé de trois grands développements, tels que l'Agenda 2000, qui impliqueront une réforme institutionnelle afin de permettre le fonctionnement d'une Union à 25 Etats membres.

Une autre question dont a traité Mme Cresson est le défi social en Europe, lié à l'emploi.

En troisième lieu, elle a parlé des demandes pressantes que la société adresse aux chercheurs.

"Les citoyens attendent de la science et de la technologie des progrès concrets dans des domaines tels que la santé, l'environnement et les transports", a-t-elle dit.

Mme Cresson a terminé son discours en déclarant: "Le 5ème programme-cadre lui-même représente le point de départ d'une entreprise européenne majeure pour les premières années du 21ème siècle."

Mme Bulmahn a quant à elle procédé au lancement du réseau de recherche à grande vitesse TEN-155 avant de rejoindre Mme Cresson pour une table ronde lors de laquelle elle a présenté la politique relative aux femmes dans le monde de la science qui a été adoptée récemment par la Commission.

La conférence a démontré l'immense intérêt manifesté pour les programmes communautaires de recherche ainsi que la valeur de ces programmes telle qu'elle est perçue. Les personnes présentes allaient des participants potentiels au 5ème PCRD aux décideurs politiques et utilisateurs de la recherche en passant par les "multiplicateurs de l'information".

Le format de la conférence - présentation en parallèle des différents programmes de recherche dont se compose le 5ème PCRD, ateliers, présentations de projets et exposition connexe - a permis de diffuser une profusion d'informations pendant les deux jours. Les participants potentiels ont pu apprendre comment préparer une proposition de projet, négocier un contrat de recherche ou inclure des partenaires extérieurs à l'UE dans leur consortium. D'autres personnes ont préféré s'informer sur un domaine de recherche particulier ou assister à la présentation d'un projet de recherche réussi faite par l'un des chercheurs concernés ou aux interventions des experts sur l'avenir de la recherche européenne au-delà du 5ème PCRD. Quels que soient leurs intérêts, le programme entier de la conférence a été ouvert à tous les participants et la plupart des ateliers ont été organisés deux fois pour pallier aux incompatibilités d'horaires.

L'exposition d'une surface de 2 000 m2 a également été une utile source d'informations, chaque programme y ayant présenté ses activités ainsi qu'une sélection de projets menés au titre des programmes précédents. Enfin, la conférence a été pour les participants une occasion idéale de rencontrer des partenaires potentiels et de poser directement des questions au personnel de la Commission.

Informations connexes

Programmes